(Séoul) La Corée du Nord s’apprête à larguer sur le territoire sud-coréen des tracts hostiles au gouvernement de Séoul, ont rapporté samedi les médias d’État, dans un contexte de regain de tensions entre les deux pays.

Agence France-Presse

Depuis le début du mois, Pyongyang multiplie les attaques au vitriol contre son voisin, notamment contre les transfuges nord-coréens qui, à partir du Sud, envoient des tracts de propagande par-delà la Zone démilitarisée, souvent accrochés à des ballons ou insérés dans des bouteilles lancées dans le fleuve frontalier.

Pyongyang a en outre spectaculairement détruit mardi le bureau de liaison intercoréen installé au nord de la Zone démilitarisée (DMZ) puis menacé de renforcer sa présence militaire aux abords de la DMZ.

À présent, des Nord-Coréens « indignés sont en train de préparer le largage à grande échelle de tracts » sur le Sud, a rapporté l’agence officielle KCNA.

Des photos diffusées par le journal officiel Rodong Sinmun montrent des mégots de cigarette et de la cendre entassés sur des portraits imprimés du président sud-coréen Moon Jae-in.

PHOTO KCNA VIA AP

Un des tracts illustré par une photo de M. Moon buvant une tasse est ainsi libellé : « Il a tout mangé, y compris l’accord entre la Corée du Nord et du Sud ».

Le président sud-coréen, un des artisans du dialogue historique amorcé en 2018 entre les États-Unis et la Corée du Nord, a été visé cette semaine par une diatribe de la sœur du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, Kim Yo Jong.

Des experts interprètent l’attitude de Pyongyang comme une stratégie de provocations graduelles visant à arracher des concessions économiques à Séoul et Washington.

Les relations Nord-Sud n’ont cessé de se dégrader depuis le fiasco du deuxième sommet entre le président américain Donald Trump et Kim Jung-un, en février 2019 à Hanoï.