(Jakarta) L’alerte au tsunami a été levée après un fort séisme, de magnitude 6,9 selon l’institut américain de géophysique USGS, enregistré dimanche au large de la partie orientale de l’Indonésie.

Agence France-Presse

L’épicentre était situé à 24 km de profondeur dans la mer des Moluques, a précisé l’USGS, et l’agence indonésienne de géophysique avait averti les populations des zones côtières de la région du risque d’un raz-de-marée.

De nombreux habitants de Ternate, une ville du nord de l’archipel des Moluques, ont fui leurs logements, selon des témoins.  

Les premières informations disponibles ne faisaient état d’aucun dégât ni victime.  

« J’étais sur le point de m’endormir quand la fenêtre (de ma chambre) a commencé à claquer », a raconté à l’AFP Budi Nurgianto, un habitant de la zone touchée. La secousse « a été très forte. J’ai couru hors de ma maison et tous mes voisins ont aussi pris la fuite », a-t-il poursuivi.

D’après l’USGS, des dommages pourraient cependant avoir été causés aux structures comportant des défauts de construction.

L’Indonésie, un ensemble de 17 000 îles et îlots qui s’est formé par la convergence de trois grandes plaques tectoniques (indo-pacifique, australienne, eurasienne), se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique, une zone de forte activité sismique.

L’an dernier, un tremblement de terre de magnitude 7,5 suivi d’un tsunami à Palu, sur l’île de Célèbes, a fait plus de 2200 morts et des milliers de disparus.

Le 26 décembre 2004, un séisme de magnitude 9,1 s’était déclenché dans la province d’Aceh, dans l’extrême ouest du pays, provoquant un énorme raz-de-marée, ayant fait quelque 220 000 morts dans tout l’océan Indien, dont 168 000 pour la seule Indonésie.