«Nous poursuivrons les terroristes qui menacent notre pays, où qu'ils soient», a déclaré hier soir le président Obama, lors de son discours à la nation officialisant son intention de frapper l'État islamique en Syrie et d'intensifier sa lutte contre les djihadistes en sol irakien. Une campagne militaire lancée par les États-Unis qui vise à «affaiblir et détruire» l'organisation terroriste de l'heure. Comment est organisé la direction du groupe djihadiste qui a tourné le dos à Al-Qaïda et qui a autoproclamé l'établissement d'un califat à cheval sur la Syrie et l'Irak?

Publié le 11 sept. 2014
LA PRESSE

Le Wall Street Journal décortique l'organigramme de l'EI où trône à sa tête le calife Ibrahim alias Abou Bakr al-Baghdadi, sorte de «commandant en chef» qui peut compter sur deux adjoints, Abou Ali Al-Anbari (responsable pour la Syrie) et Abou Muslim Al Turkmani (qui a l'Irak à sa charge). 

Viennent ensuite 12 gouverneurs (sept en Syrie et cinq en Irak) et neuf conseils.

À lire et à voir sur blogs.wsj.com (en anglais)