Le blogueur conservateur Andrew Sullivan compare dans ce billet les méthodes d'interrogatoire de la CIA, autorisées par George W. Bush et Dick Cheney et répertoriées dans un rapport secret du Comité international de la Croix-Rouge, à celles de la Gestapo. Sa conclusion : les méthodes d'interrogatoire du duo Bush-Cheney étaient plus brutales que celles de la police politique des nazis. Précisons que Sullivan se défend de tenir un discours hyperbolique et de comparer les États-Unis à l'Allemagne hitlérienne.

Richard Hétu

La Croix-Rouge avait publié cinq exemplaires de son rapport confidentiel après avoir rencontré en 2006 14 suspects de terrorisme qui venaient d'être transférés à Guantanamo. Ceux-ci avaient été interrogés auparavant par la CIA dans ses prisons secrètes. Le journaliste Mark Danner a obtenu une copie du document et en a publié de longs extraits dans le nouveau numéro du New York Review Of Books. Le rapport conclut que le traitement infligé aux personnes soupçonnées de terrorisme dans les prisons secrètes de la CIA constitue une torture.

Je cite un extrait du témoignage de Walid ben Attash :

«Tous les jours (...) j'avais un collier autour du cou qui (leur) servait à me projeter contre les murs de la salle d'interrogatoire.»

Et un extrait du témoignage de Khalid Sheikh Mohammed :

«J'ai fourni beaucoup de fausses informations afin de satisfaire les interrogateurs en leur disant ce qu'ils voulaient entendre et de faire cesser les mauvais traitements... Je suis sûr que ces fausses informations leur ont fait perdre beaucoup de temps et ont provoqué plusieurs fausses alertes.»