Comme le souligne la journaliste Amy Sullivan dans ce billet, la sempiternelle guerre autour de l'éducation sexuelle à l'école est sur le point de reprendre de plus belle aux États-Unis. Le prétexte? Le printemps - et l'examen d'un projet de loi au Congrès mettant fin au financement, à hauteur de 176 millions de dollars par année, des programmes prônant exclusivement l'abstinence. Les nouveaux programmes mettront certes l'accent sur l'abstinence mais devront également aborder la question de la contraception.

Richard Hétu

Sullivan signe dans le numéro courant du magazine Time un article sur la meilleure façon de parler de sexe à l'école. J'en cite un extrait dans le texte :

We now have a pretty good sense of which sex-education approaches work. Substantial research--including a 2007 Bush Administration report--has concluded that comprehensive programs are most effective at changing teen sexual behaviors. They are also largely uncontroversial outside Washington. Vast majorities of parents favor teaching comprehensive sex education.

What we haven't seen is the political will and community investment necessary to educate kids about sexuality and healthy relationships in a truly responsible and honest way.

Ce débat survient à une époque où les grossesses à l'adolescence sont à la hausse aux États-Unis. Comme quoi Bristol Palin n'était pas une aberration...