En quittant les États-Unis pour rentrer dans son pays natal, le physicien iranien Shahram Amiri a tourné le dos aux cinq millions de dollars que lui a versés la CIA en retour de renseignements sur le programme nucléaire iranien, selon cet article publié aujourd'hui dans le Washington Post.

Richard Hétu

Selon les autorités américaines, Amiri avait fait défection et collaborait de plein gré avec la CIA jusqu'à ce qu'il se présente mardi au bureau des intérêts iraniens de l'ambassade pakistanaise à Washington. Selon Téhéran, Amiri a été enlevé en juin 2009 lors d'un pèlerinage en Arabie saoudite et transféré aux États-Unis par la CIA.

De retour en Iran, Amiri a nié aujourd'hui être un physicien nucléaire. Je cite sa déclaration :

«Je n'ai rien à avoir avec Natanz et Fordo (deux sites d'enrichissement d'uranium, ndlr). C'était un jeu du gouvernement américain pour faire pression sur l'Iran. Je n'ai fait aucune recherche dans le domaine nucléaire. Je suis un simple chercheur travaillant dans une université ouverte à tous et où il n'y a aucun secret.»

Selon l'article du Washington Post, Amiri n'a pas pu partir avec ses cinq millions de dollars, auxquels il ne pourra plus avoir accès. Le quotidien affirme que la situation de la famille du physicien en Iran explique peut-être sa décision de rentrer au pays.

Mais qui donc ment dans cette affaire?

(Photo AP)