Mais au lieu d'avertir le public de ce bogue susceptible de compromettre plusieurs sites importants, dont celui de Yahoo, la NSA l'aurait exploité pour obtenir des mots de passe ou autres données sensibles, exposant des millions de personnes au piratage et à l'espionnage d'agences de renseignement étrangères.

Publié le 11 avr. 2014
Richard Hétu

Un porte-parole de la NSA a refusé de confirmer ou d'infirmer cette pratique présumée.

Ajout : la NSA nie les allégations de Bloomberg.