La fonte de l'Arctique est terminée pour l'année en cours, et la glace s'est réduite à sa deuxième plus petite superficie en une génération, a indiqué mardi le Centre national américain de données sur la neige et la glace.

LA PRESSE CANADIENNE

L'agence gouvernementale a précisé que le record de 2007 n'avait pas été éclipsé, mais que la fonte de cette année confirmait la forte tendance négative observée au cours des 30 dernières années.

Le centre a rapporté que la glace de l'Arctique avait une dimension de 4,5 millions de kilomètres carrés le 12 septembre. La glace a depuis ce jour amorcé son cycle annuel de croissance en raison du rafraîchissement automnal de la température.

La taille minimum de 2008 est la deuxième plus petite enregistrée depuis 1979, et est 2,2 millions de kilomètres carrés en-dessous du minimum moyen entre 1979 et 2000.

En dépit de températures généralement plus fraîches cet été, le minimum de 2008 est seulement 390 000 kilomètres carrés ou 9,4 pour cent de plus qu'en 2007.

Les effets du réchauffement de la planète et des changements climatiques sur l'Arctique ont fait l'objet de plusieurs études et alimenté bon nombre de débats à travers le monde.

Plus tôt cette année, le Fonds mondial pour la nature (WWF) a livré un rapport suggérant que le climat dans l'Arctique changeait encore plus rapidement que les scientifiques l'avaient prédit.

L'organisme a soutenu que la réduction des glaces de l'Arctique avait accéléré massivement depuis 2005, alors que les projections qui tiennent compte de facteurs comme l'absorption croissante par l'eau libre de la chaleur du soleil laissent croire que la glace estivale pourraît disparaître d'ici cinq à 32 ans.

La taille de la vaste calotte glaciaire du Groenland se réduirait aussi plus rapidement qu'anticipé.