Le cinéma québécois a vu ses parts de marché augmenter de façon importante au box-office en 2020, celles-ci passant de 7,5 à 11,7 %. Mais cette embellie est largement effacée par la chute importante des revenus imputable à la pandémie et aux fermetures de salles.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

De 13,3 millions en 2019, les revenus du cinéma québécois au box-office sont tombés à 5,3 millions (tous les chiffres ont été arrondis) en 2020, selon la compilation de Cinéac, organisme spécialisé dans la collecte des données du cinéma.

Évidemment, le cinéma québécois n’est pas le seul à avoir souffert des fermetures de salles. Les baisses sont appréciables dans toutes les catégories.

À commencer par celles du géant américain. Au Québec, en 2020, les films des États-Unis engrangent des revenus de 30,9 millions à comparer à 136,5 millions en 2019. Une chute abyssale !

CRÉDIT : CINEAC

Les parts de marché des films, selon leur origine, au Québec en 2020.

Sans surprise, les parts de marchés américaines aux guichets québécois connaissent aussi un recul, de 77,3 % en 2019 à 68,5 % en 2020.

Le score de 11,7 % en parts de marché pour le cinéma québécois est le meilleur depuis 2009 alors qu’il était de 12,8 %

Année particulière

Dans son communiqué de presse, Cinéac qualifie l’année 2020 de « très particulière » pour le cinéma comme pour l’ensemble des secteurs économiques. Dans l’industrie du cinéma québécois, les commentaires n’ont pas tardé à fuser.

« Si on se compare au marché canadien, et même au marché nord-américain, le Québec a prouvé la solidité de son public et de sa cinématographie. Pendant les quelques mois de réouverture, nos salles de cinéma au Québec ont continué de programmer les films québécois et le public était au rendez-vous », a déclaré Daniel Séguin, membre du comité de relance du cinéma québécois et vice-président directeur, exploitation nationale chez Cineplex.

Le comité se réjouit bien entendu de la hausse des parts de marché des films québécois.

« Les résultats cumulatifs de 2020 mettent en évidence la violence de l’impact de la pandémie sur les salles de cinéma », indiquent pour leur part l’Association des propriétaires de cinémas du Québec (APCQ) et la Corporation des salles de cinéma du Québec (CSCQ) dans un communiqué conjoint. Elles aussi prennent soin de saluer la bonne performance des films du Québec.

CRÉDIT : CINEAC

Le top 10 des films québécois selon les calculs de Cineac.

Chez Films Séville, on se félicite des résultats. Ce distributeur estime cinq films sous son aile (Mafia Inc, Merci pour tout, Suspect numéro un, Mon cirque à moi et 14 jours, 12 nuits) occupe les cinq premières places du box-office pour les films québécois. À noter toutefois que selon son calcul, Cineac place Les Rose (ONF) en cinquième position.

PHOTO FRANÇOIS DUHAMEL, FOURNIE PAR UNIVERSAL PICTURES

Dean-Charles Chapman et George MacKay dans 1917 de Sam Mendes

Le film, toutes catégories confondues, qui a le mieux fait au box-office du Québec en 2020 ? La monumentale œuvre de guerre 1917 de Sam Mendes avec des entrées aux guichets totalisant 2,68 millions de dollars.