On pourrait croire que popularité des services de voitures de tourisme avec chauffeurs (VTC) incitent les gens à délaisser leur automobile personnelle. Or, ce n'est pas ce qui se produit, note Bruce Schaller, consultant en matière de transport et ancien sous-commissaire chargé de la circulation et de la planification de la Ville de New York. La Presse lui a parlé.

NICOLAS BÉRUBÉ LA PRESSE

Q. Vous avez longtemps été enthousiaste par rapport au rôle des VTC dans les villes, mais vous avez changé d'idée. Pourquoi ?

R. Au départ, tout le monde croyait que les voitures de tourisme avec chauffeurs (VTC) réduiraient la congestion et faciliteraient les déplacements dans les villes. C'était mon cas. Ce qui s'est produit, c'est que la popularité d'Uber et de Lyft a connu une croissance phénoménale, et les effets négatifs ont commencé à apparaître. Je crois que ces entreprises voulaient réellement aider la situation, mais leur croissance est devenue leur priorité. Ces enterprises offrent de bons services, et c'est important de le souligner, mais elles ont des impacts, et il est primordial de les connaître.

Q. Qu'est-ce qui n'avait pas été prévu ?

R. Il y avait cette idée que les gens cesseraient d'utiliser leur voiture personnelle pour se déplacer, ou iraient même jusqu'à vendre leur voiture. C'était l'idée générale. Or, ce qu'on voit, c'est que la majorité des gens qui utilisent les VTC viennent du bassin des clients des transports collectifs. Ce sont des gens qui, au lieu de prendre l'autobus ou le métro, prennent Uber. Cela augmente le nombre de déplacements en voiture, augmente le nombre de véhicules sur les routes et augmente les bouchons de circulation. Vous ne réduisez donc pas le trafic automobile. Au contraire, vous l'augmentez.

Q. Votre conclusion, c'est que peu importe la formule, transporter toujours plus de personnes dans des voitures en ville est inefficace.

R. Oui, et ce sera aussi vrai avec les voitures autonomes du futur. Ce système va réduire les frais liés à l'utilisation d'une VTC, ce qui rendra leur utilisation encore plus attrayante et accessible. Je crois que c'est aux villes et aux États ou aux provinces de réglementer la prolifération des VTC.

Q. La Ville de New York vient de commencer à imposer une surcharge de 2,50 $ aux utilisateurs de VTC dans le sud de Manhattan afin de récolter des fonds pour financer les transports collectifs. Est-ce une bonne solution, selon vous ?

R. Je crois que la surcharge est bonne pour recueillir des fonds pour les transports collectifs, et c'est important pour cette raison. Mais la surcharge ne sera pas assez élevée pour dissuader les gens de prendre les VTC. Si la surcharge était appliquée dans des quartiers plus pauvres comme dans le Queens, ce serait sans doute dissuasif. Mais à Manhattan, les gens apprécient le côté pratique des VTC et sont prêts à payer ce qu'il faut.

Q. Les applications de VTC sont très faciles à utiliser, et les paiements se font instantanément. Du côté des transports collectifs, c'est plus laborieux : impossible par exemple de payer avec un cellulaire ou directement avec une carte de débit ou de crédit. Aimeriez-vous voir les sociétés de transports collectifs adopter certains avantages des VTC ?

R. Certainement. Faciliter l'accès aux transports collectifs est important. Ce qui est fascinant en ce moment avec les VTC, c'est qu'ils expérimentent avec des modèles où le client doit se rendre à un point d'embarquement le long d'une rue plus achalandée et partager le VTC avec d'autres, en échange d'un tarif plus bas. Bref, les VTC deviennent de plus en plus comme des transports collectifs. Ça ajoute quand même du kilométrage de déplacements en voiture dans la ville, mais ça montre surtout que les transports collectifs sont la seule façon viable de déplacer un nombre élevé de personnes dans les villes.

Q. Quelles sont les solutions à la congestion urbaine, selon vous ?

R. Je suis un partisan du péage urbain, mais je ne retiens pas mon souffle et j'estime qu'il faut travailler sur tous les fronts et ne pas avoir une pensée magique. Je pense qu'il faut réduire le nombre d'espaces de stationnement, de sorte que les espaces restants vont coûter plus cher et que les transports collectifs vont être plus attrayants que l'automobile privée. C'est ce que la Ville de New York a fait il y a 35 ans, avec des résultats probants. Il faut aussi améliorer la rapidité et la fréquence des transports collectifs pour faire de l'autobus et du métro les façons les plus rapides de se déplacer en ville. Les gens prennent des décisions qui les avantagent, ce qui est parfait ! S'ils décident de prendre les transports collectifs, tout le monde en bénéficie. Les taxis et les VTC sont une partie essentielle des villes, mais on ne peut les laisser prendre tout l'espace. Il n'y a pas assez de place dans la rue.

Q. Demandez aux commerçants s'ils veulent réduire le nombre d'espaces de stationnement dans leur quartier. Je crois qu'on peut supposer qu'ils seraient contre l'idée...

R. Je crois que le stationnement sur rue est désirable, mais que son prix devrait être établi de manière à ce que les gens ne perdent pas leur temps à tourner en rond pour trouver une place. San Francisco l'a fait avec succès. C'est surprenant, mais si vous augmentez le prix du stationnement dans les secteurs prisés, bien des gens vont se garer un ou deux pâtés plus loin, là où c'est moins cher, et ça libère des places dans les secteurs les plus achalandés. Dans ce scénario, chacun paie le juste prix.

Bruce Schaller, consultant en matière de transport et ancien sous-commissaire chargé de la circulation et de la planification de la Ville de New York. Photo tirée du site web de Schaller Consulting