Comme le temps passe vite. En février 2009, dans cette rubrique, on faisait état de l'optimisme contagieux de trois étudiants du Massachussetts Institute of Technology ayant mis au point un «amortisseur régénératif» capable de transformer les nids-de-poule en électricité.

Denis Arcand LA PRESSE

Ceux-ci affirmaient que leur gadget, GenShock, produirait beaucoup d'électricité avec les oscillations de la suspension, assez pour rendre inutile l'alternateur et améliorer de 10% l'efficacité énergétique d'un véhicule.

Sauf que ça ne se passe pas comme prévu. En tout cas, pas encore. Leur entreprise, Levant Power, vient de signer un beau contrat avec l'important équipementier automobile allemand ZF Friedrichshafen AG, mais la contribution de GenShock est beaucoup plus modeste que l'ambitieux objectif annoncé il y a quatre ans.

ZF va intégrer un GenShock à un nouvel amortisseur hydraulique en continu (sans ressort). Ces amortisseurs existent déjà, mais ils ont le défaut de tirer beaucoup de jus de la batterie et d'augmenter la consommation d'essence.

En fixant un GenShock sur la surface extérieure de chaque amortisseur, ZF affirme pouvoir rendre ce dernier presque autosuffisant en électricité. Presque.

La suspension aura encore besoin d'électricité, mais à un niveau qui ne sollicite pas la batterie déraisonnablement.

C'est bien, mais on dirait que le GenShock vient d'absorber le choc de la réalité et que les autos vont avoir un alternateur durant quelque temps encore.