Après quelque 600 billets, le moment est venu, pour nous aussi, de changer de modèle.

Mis à jour le 31 août 2015
Éric Lefrançois LA PRESSE

L'industrie automobile change et la façon de la couvrir se doit d'évoluer elle aussi. Voilà pourquoi, à compter de la semaine prochaine, ce billet disparaîtra au profit d'une autre rubrique. Je ne vous en dis pas plus, si ce n'est que cette nouvelle «formule» sera mieux adaptée encore à La Presse+. Bref, après quelque 600 billets, le moment était venu de passer à autre chose.

En faisant une rétrospective de tous les billets publiés, nous constatons que certains ont été plus marquants que d'autres. Les déboires de l'Audi Quattro et plus récemment de la Lancia Scorpion ont suscité de nombreux commentaires (et je ne vous ai pas encore parlé de l'Alfa, de la Lotus ou encore de la Porsche), tout comme ceux qui ont porté sur le retour du péage, sur la sécurité routière ou tout simplement sur la place qu'occupe l'automobile dans nos sociétés, pour ne nommer que ceux-là. Autant de sujets d'actualité que vous retrouverez dans nos pages à l'avenir sous la plume de Denis Arcand, Pierre-Marc Durivage, Charles René, Sébastien Templier ou moi-même.

L'idée de reformuler le billet n'est pas la seule qui sera appliquée à compter du mois de septembre. Le Duel du mois sera aussi revu. D'ailleurs, à ce sujet, nous sollicitons votre participation. Si vous venez de vous porter acquéreur d'une Honda HR-V ou d'une Mazda CX-3, pourquoi ne pas nous écrire en quelques lignes vos commentaires (positifs ou négatifs) sur ces véhicules et les motifs qui ont dicté votre choix? Prière de joindre à votre envoi le numéro de série du véhicule et votre numéro de téléphone. Les commentaires retenus seront publiés dans nos pages. Les acheteurs de Chevrolet Spark EV, Mitsubishi i-Miev, Honda Pilot (2016) et Volvo XC90 (2016) sont également invités à se manifester.

Le mois de septembre qui s'amorce est aussi synonyme de rentrée dans le domaine automobile avec la présentation du salon de Francfort. Cet événement marquera, pour l'industrie automobile européenne à tout le moins, le coup d'envoi des premières nouveautés 2017 (oui, déjà!), dont la plupart se révéleront, hélas, avant l'heure pour gâcher l'effet de surprise. Déjà, les Alfa Romeo Gulia, Audi A4 et BMW Série 7, pour ne nommer que ces nouveautés qui seront présentées à Francfort, n'ont plus de secret pour personne. On est loin (60 ans déjà) de la surprise créée par Citroën avec la DS dont personne ne soupçonnait l'existence avant que le voile ne glisse sur les flancs de sa carrosserie. Une époque révolue.

Espérons seulement que l'environnement (hybridation et électrification des véhicules) sera de nouveau la préoccupation principale des constructeurs au salon de Francfort et non la conduite autonome. La planète ne peut plus attendre. L'automobiliste, si. D'ailleurs, n'est-ce pas ce que vous faites quotidiennement dans les bouchons?