C’est bien connu, Lance Stroll éprouve encore de la difficulté à franchir la première tranche des qualifications (Q1), ce qui le relègue constamment en fond de grille au départ. Depuis qu’il s’est joint à Racing Point, Stroll n’a jamais percé la Q1 — une séquence qui commence à peser.

PRESSE CANADIENNE

Le Québécois âgé de 20 ans s’est défendu d’être moins performant que son coéquipier Sergio Perez en qualifications cette saison.

PHOTO CLAUDE PARIS, AP

Le pilote canadien Lance Stroll extrait sa Racing Point d'une courbe lors des essais libres de ce matin au Circuit Paul Ricard, au Castellet, dans le Midi. Le GP de France doit avoir lieu dimanche.

« Il n’y a qu’un ou deux dixièmes de seconde entre Sergio et moi, a-t-il d’abord souligné. Et puis, vous l’avez remarqué comme moi : Sergio parvenait régulièrement à la Q3 avec Force India l’an dernier, ce qui n’est pas le cas cette saison. Nous tentons d’exploiter le plein potentiel de la voiture, et bien que je n’y suis pas parvenu dernièrement, je suis sûr que nous y parviendrons bientôt.

«Une phase de transition»

« Je traverse présentement une phase de transition, mais je crois qu’avec du temps et de l’expérience cet écart disparaîtra », a-t-il renchéri.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Lance Stroll en queue de peloton lors du GP du Canada mais il a signé une belle remontée, terminant dans les points au 9e rang.

Stroll s’est tout de même dit heureux de ses performances du samedi depuis quelques courses. Il a souligné son rendement à Montréal il y a deux semaines, malgré le fait que son moteur Mercedes a rendu l’âme lors de la troisième séance d’essais (il a dû se rabattre sur le « vieux » moteur pour la suite des activités).

Il  avait été exclu après la première tranche de la qualification, après avoir inscrit le 18e temps, subissant ce sort pour la 11e course consécutive.

« Au Canada, dans les circonstances, j’étais satisfait de mon rendement en qualifications, même si ma position sur la grille de départ n’était pas très favorable. J’ai concédé deux dixièmes de seconde à mon coéquipier, même si je n’ai pas pris part à la troisième séance d’essais et que j’ai dû tenter de me qualifier avec un vieux moteur Mercedes. Mais ce n’est pas une excuse ; je veux m’améliorer, tout comme l’équipe.»

Stroll déplore «quelques pépins» techniques

«C’est ma priorité ; je veux devenir un meilleur pilote en qualifications, a-t-il réitéré.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Un mécanicien de l'écurie Racing Point à l'oeuvre sur la voiture de Lance Stroll au Circuit Gilles-Villeneuve, trois jours avant le GP du Canada.

En même temps, c’est un enjeu d’équipe, car il faut qu’elle fournisse une voiture suffisamment performante pour que j’obtienne une bonne place sur la grille de départ. Ça allait mieux depuis quelques courses, mais malheureusement quelques pépins nous ont empêchés d’extraire le plein potentiel de la voiture. »

Stroll aura une autre occasion de mettre un terme à cette disette samedi sur le circuit Paul-Ricard.

Avec La Presse