(Oro-Medonte, Ontario ) La transformation de Harley-Davidson se poursuit, cette fois avec la refonte complète de l’un des plus vieux noms de l’industrie auto ou moto, la Sportster.

Bertrand Gahel Collaboration spéciale

Revue sans délicatesse

PHOTO BILL PETRO, FOURNIE PAR HARLEY-DAVIDSON

Harley-Davidson Sportster S 2021

Chez Harley-Davidson, aucun nom n’a plus d’ancienneté que celui de Sportster. Lancé en 1957 et littéralement nommé autour de la notion de sport, le modèle avait comme mission, initialement, de rivaliser avec les rapides montures anglaises de l’époque. Toutefois, figée dans le temps depuis, la Sportster a, petit à petit, vu son rôle se transformer jusqu’à devenir celui de porte d’entrée de l’univers Harley, ce qu’elle demeure depuis maintenant des décennies. La refonte d’un modèle présent sur le marché depuis des générations demande habituellement une certaine délicatesse, mais la marque américaine a plutôt choisi l’approche inverse avec cette toute nouvelle et très différente Sportster S.

Un bond technologique immense

PHOTO BILL PETRO, FOURNIE PAR HARLEY-DAVIDSON

Harley-Davidson Sportster S 2021

La nouveauté a beau porter le même nom que les Sportster 883 et 1200 que l’on connaît depuis une éternité, dans les faits, la Sportster S s’avère complètement différente. Au lieu du vénérable V-Twin Evolution refroidi par air qui animait les 883 et 1200, la S reçoit une version un peu moins puissante du moderne bicylindre en V de 1252 cc refroidi par liquide de la Pan America. Et au lieu du cadre dans lequel le vieux V-Twin dansait librement sur un système de supports en caoutchouc, la S utilise son moteur comme point d’attache des suspensions avant et arrière. Il est carrément question d’un bond technologique d’un demi-siècle.

Quelques liens quand même

PHOTO BILL PETRO, FOURNIE PAR HARLEY-DAVIDSON

Harley-Davidson Sportster S 2021

Malgré des différences mécaniques immenses séparant la nouvelle et l’ancienne Sportster, quelques liens demeurent. Par exemple, la nouveauté reste clairement une custom avec sa selle très basse et sa position de conduite « mains et pieds devant ». La priorité donnée au style par rapport à la fonction demeure elle aussi, puisque le constructeur a choisi de conserver une suspension arrière au débattement très faible afin de garder l’aile et le pneu arrière aussi rapprochés que possible. Mais les similitudes s’arrêtent là. La sonorité mécanique n’a plus rien à voir avec le traditionnel grondement saccadé des moteurs Harley refroidis par air et les accélérations autrefois léthargiques sont désormais furieuses.

Pour le meilleur et pour le pire

PHOTO BILL PETRO, FOURNIE PAR HARLEY-DAVIDSON

Harley-Davidson Sportster S 2021

D’un point de vue purement dynamique, la Sportster S progresse à plusieurs chapitres, puisque les performances sont d’un tout autre niveau, que le freinage (finalement avec ABS) et la stabilité ont manifestement été améliorés et que la technologie embarquée (modes de conduite, contrôle de traction, instrumentation numérique couleur avec multiples fonctions de connectivité, etc.) est désormais à jour. L’envers de la médaille, c’est qu’en matière de caractère, malgré ses impressionnants 121 ch, le nouveau moteur a perdu le tempérament aussi unique que charmant du V-Twin Evolution. Ironiquement, LA caractéristique de l’ancienne Sportster dont on rêvait de se débarrasser, soit la rudesse de la suspension arrière, reste malheureusement présente.

Une expérience très particulière

PHOTO BILL PETRO, FOURNIE PAR HARLEY-DAVIDSON

Harley-Davidson Sportster S 2021

Prendre les commandes de la Sportster S représente une petite aventure. Tout d’abord, il y a la position qui place les pieds littéralement sous les mains. Il s’agit d’une posture agressive que même les plus durs à cuire ne supporteront que sur de courtes distances, d’autant plus qu’elle amplifie les coups au dos renvoyés par la rude suspension arrière. Puis, il y a l’effet majeur sur le comportement routier de l’immense pneu avant de 160 mm de section. En gros, on a affaire à une moto qui prend longtemps à changer de cap et qui demande un grand effort au guidon pour le faire. On finit néanmoins par s’y habituer.

Accélération impressionnante et grand style

PHOTO KEVIN WING, FOURNIE PAR HARLEY-DAVIDSON

Harley-Davidson Sportster S 2021

Outre ces quelques caractéristiques inhabituelles et pas toujours bienvenues, la Sportster S offre de belles qualités, la plus probante étant les performances du nouveau V-Twin Revolution Max. Il génère un couple élevé dès les premiers tours et accélère ensuite de façon impressionnante, d’autant plus que la sensation de puissance est amplifiée par la position de conduite forçant le pilote à bien s’accrocher lorsque les gaz sont ouverts. La Sportster S se distingue également par son style aussi osé que réussi. Des audacieux silencieux hauts jusqu’à l’unique design des roues en passant par l’attention portée à la finition du moteur, c’est du pur et du beau Harley.

Conclusion

PHOTO BILL PETRO, FOURNIE PAR HARLEY-DAVIDSON

Harley-Davidson Sportster S 2021

Il est un peu étrange de constater à quel point la Pan America s’est avérée superbe dans une classe où Harley-Davidson n’avait jamais mis les pneus, et à quel point la nouvelle Sportster S ne convainc pas outre mesure malgré le fait qu’elle évolue dans une catégorie essentiellement inventée par le constructeur de Milwaukee. Sous sa forme actuelle, la Sportster de nouvelle génération peut tout à fait se montrer agréable, mais si et seulement si elle est utilisée de manière appropriée, c’est-à-dire en faisant bien attention aux grosses bosses et en se limitant aux destinations locales — où l’on absorbera les regards flatteurs.

PHOTO BILL PETRO, FOURNIE PAR HARLEY-DAVIDSON

Harley-Davidson Sportster S 2021

Fiche technique

Marque : Harley-Davidson
Modèle : Sportster S
Prix : 17 999 $
Garantie : 2 ans/kilométrage illimité
Moteur : bicylindre en V de 1252 cc refroidi par liquide
Transmission : à 6 rapports, entraînement final par courroie
Poids tous pleins faits : 228 kg
Frein avant : 1 disque avec étrier à 4 pistons et ABS
Frein arrière : 1 disque avec étrier à 1 piston et ABS
Pneu avant : 160/70 R17
Pneu arrière : 180/70 R16

Les frais pour ce reportage ont été payés par Harley-Davidson.

Bertrand Gahel est l’auteur du Guide de la moto.