Le Groupement des assureurs automobiles (GAA) a publié récemment les dernières statistiques colligées sur le profil des propriétaires de véhicules au Québec.

Charles René Charles René
La Presse

C’est sans équivoque : de 2015 à 2019, le GAA a constaté que la tranche de population qui a enregistré la plus forte augmentation de véhicules assurés est les 75 ans et plus. Cette hausse s’élève à 31 % chez les femmes de ce groupe d’âge, alors qu’elle est légèrement moins prononcée chez les hommes à 23 %.

À l’opposé, les jeunes sont moins enclins à devenir propriétaires d’un véhicule. Toujours durant cette même période, on dénote une baisse de 8 % des véhicules assurés par des femmes de moins de 25 ans, alors qu’elle se situe à 7 % pour les hommes du même groupe d’âge. La baisse d’intérêt des jeunes pour l’automobile est sans doute l’un des éléments d’explication. Le nombre de titulaires de permis de conduire de 24 ans et moins est en baisse constante depuis 2016, passant de 7404 à 6495 en 2018, d’après la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ).

Des sinistres plus coûteux

Les dernières données sur le coût moyen des sinistres dégagent une augmentation tout de même importante de la facture refilée aux assureurs. En 2009, le coût moyen se situait à 3788 $, alors que, 10 ans plus tard, le GAA estime qu’il est de 4988 $. On explique cette hausse par le coût plus élevé des pièces et de la main-d’œuvre, mais aussi par la plus grande intégration d’un plus grand nombre de « composantes technologiques » dans l’équipement des véhicules.

Le Québec demeure toutefois la province canadienne où la prime d’assurance moyenne reste la plus basse, selon le GAA. Elle se situait à 798 $ en 2019 comparativement à 1634 $ en Ontario, la province la plus onéreuse pour ses assurés automobiles.