(Paris) Le constructeur automobile Renault a décidé de mettre à l’arrêt toutes ses usines en France à partir de lundi soir, en raison de l’épidémie de coronavirus, a-t-on appris auprès de syndicats et de la direction.

Agence France-Presse

Renault suspend ses « activités de production sur les sites industriels en France jusqu’à nouvel ordre, en fonction de l’évolution de la situation sanitaire », a indiqué un porte-parole du constructeur.

Le groupe avait déjà annoncé dans la matinée la mise à l’arrêt de ses quatre usines espagnoles « lundi et mardi », à cause du coronavirus, en soulignant qu’une reprise de la production était incertaine pour les jours à venir.

En France, la suspension des activités industrielles va concerner 12 sites et 18 000 salariés. En Espagne, les usines de Renault emploient un peu moins de 10 000 personnes.

Le groupe « mettra en œuvre les mesures appropriées pour répondre efficacement à la demande commerciale », a souligné son porte-parole.

Pour l’Hexagone, « on attend des précisions sur les conditions d’indemnisation du chômage partiel », dans le cadre de cette « crise sanitaire », a déclaré Fabien Gâche, délégué CGT, dont le syndicat exige une rémunération inchangée pour tout le personnel.

Dans un courrier adressé à la direction, dont l’AFP a obtenu copie, la CGT demande au groupe de « garantir le maintien de la rémunération à 100 % pour l’ensemble du personnel en intégrant tous les éléments de rémunération, y compris pour les intérimaires et prestataires ».

En dehors des activités de production, « le télétravail est obligatoire depuis hier (dimanche) soir pour les salariés des activités de logistique et d’ingénierie-tertiaire » en France, dont « les postes le permettent », a précisé Guillaume Ribeyre, délégué CFE-CGC.

« La continuité des activités de production des usines du groupe dans les autres pays européens est fonction de la situation de chaque pays », a noté le porte-parole.