Plus vieux théâtre pour enfants au Québec, La Roulotte a repris la route pour un 67e été. Cinquante représentations de la pièce originale Cache-Cache sont prévues jusqu’au 16 août dans les parcs de Montréal. La Presse a assisté à une présentation
de ce spectacle rigolo au parc François-Perrault du quartier Saint-Michel.

Marie Allard
Marie Allard La Presse

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

L’équipe de La Roulotte pour la saison estivale 2019

Fruit d’une collaboration entre le comédien Paul Buissonneau et Claude Robillard, alors directeur du Service des parcs de Montréal, La Roulotte est née en 1952. Cet été, cinq acteurs fraîchement diplômés du Conservatoire d’art dramatique de Montréal et de l’École nationale de théâtre du Canada donnent vie à La Roulotte en présentant la pièce Cache-Cache, de l’auteur Maxime Champagne.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Alexandra Gagné Lavoie joue Coco.

C’est en plein air que les comédien se maquillent, revêtent leurs costumes et s’échauffent la voix. Pendant ce temps, les familles et les groupes de camps de jour des environs s’installent au sol, devant la grande scène. Le spectacle est gratuit — il suffit d’apporter sa couverture et une bouteille d’eau, pas de refus sous le soleil.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Jean-Christophe Leblanc interprète Jimmy Jim.

« Mesdames et messieurs, enfants-rois et parents pressés », bienvenus au spectacle ! Le ton — irrévérencieux et s’adressant à plus d’une génération — est donné. Jean-Christophe Leblanc, alias Jimmy Jim, capte l’attention des enfants dès le début de la pièce en chantant le classique Le lion est mort ce soir, tout en passant le balai.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Cache-Cache raconte les déboires de la troupe Magie 2000.

Cache-Cache raconte les déboires de la troupe Magie 2000, dont les numéros ne fonctionnent plus très bien. « C’est vraiment un bon trip, dit Félix Lahaye, alias Edmond le magicien. C’est cool de voir les réactions dans les yeux des enfants et des parents. » Le magicien fait disparaître dans son chapeau le lapin Jean-Poil Buissonneau, clin d’œil au fondateur de La Roulotte.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Les cinq acteurs sont fraîchement diplômés du Conservatoire d’art dramatique de Montréal et de l’École nationale de théâtre du Canada.

Divertissants, les cinq acteurs chantent et jouent bien, quoique certains passages soient plus criés que prononcés — un détail peut-être inévitable en plein air. Sans être renversante, la pièce est rythmée et ponctuée de scènes réussies, comme celle qui est « rembobinée » en direct, forçant les comédiens à se déplacer et à parler à l’envers. « Le texte a été écrit pour les enfants, mais on s’est amusés à ajouter des trucs pour les adultes », précise Jean-Christophe Leblanc.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Mattis Savard-Verhoeven incarne le dangereux Danglars.

Le dangereux Danglars, incarné par Mattis Savard-Verhoeven, vole le spectacle avec son look glam à la David Bowie et son improbable accent français, digne d’un doublage de vieux film. Ce que l’acteur aime de La Roulotte ? « L’inattendu et l’imprévisible à chaque représentation, répond Mattis Savard-Verhoeven. Ce n’est pas si souvent, dans une vie, qu’on vit un moment de complicité avec ses parents. On voit ça avec La Roulotte. »

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Les enfants présents ont bien aimé la pièce.

Les enfants de camps de jour, dont ceux du centre communautaire Mountain Sights, ont apprécié Cache-Cache. « J’ai aimé quand le monsieur a balayé », a dit Shalanda, 6 ans. Plus d’un million de jeunes ont assisté aux représentations de La Roulotte depuis sa création.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Alexandra Gagné Lavoie est allée à la rencontre des jeunes après la représentation.

Après la représentation, qui dure une cinquantaine de minutes, les acteurs rencontrent le public. Des ateliers de théâtre gratuits, conçus pour les enfants de 6 à 12 ans, sont par ailleurs offerts par les Jeunesses musicales du Canada, en marge de Cache-Cache.

Quatre autres pièces à voir en famille cet été

Camping à Jojo : Western Macaroni, du Théâtre à ciel ouvert

PHOTO FOURNIE PAR SIGNÉ LAVAL

Yann Aspirot dans Camping à Jojo : Western Macaroni

Pierro, fier de son diplôme de « gardien averti », compte bien se garder lui-même cet été. Coup de théâtre : ses parents l’emmènent de force au Camping à Jojo. Une opération de sauvetage est organisée par ses amis, qui devront affronter Jojo, le « shérif-proprio » du camping. Pour les enfants de 5 ans et plus.

Texte de Lauriane Derouin, mise en scène de Myriam Fugère, avec Agathe Foucault, Kariane Héroux-Danis, Maxime Monperousse et Yann Aspirot. Au parc de la Renaissance de Laval, le mercredi 10 juillet à 19 h. La pièce est présentée dans plusieurs autres parcs de Laval, jusqu’au 21 août.

La ballade de Robin des bois, par Les Saltimbanques du Théâtre du 450

PHOTO FOURNIE PAR LE THÉÂTRE DU 450

La troupe Les Saltimbanques en répétition

On connaît les personnages : Robin des bois le brigand au cœur d’or, le jeune Petit Jean, la belle Marianne, sans oublier le vilain shérif. Dans cette version inspirée de la tradition orale anglaise — remaniée à la sauce contemporaine —, l’histoire de Robin des bois a des allures westerns. Pour toute la famille.

Texte de Vincent Pascal et Samuel Bleau, scénographie de Leilah Dufour-Forget, avec Rosalie Leblanc-Houle, Guillaume Bouliane-Blais, Catherine Lapalme, Marc-André Trépanier, Romy Bouchard et Marc-Antoine Lamarche. Au parc Michel-Chartrand de Longueuil, le jeudi 11 juillet à 19 h. La pièce est présentée dans plusieurs autres parcs, jusqu’au 28 août.

L’escargot et la rose du rosier, du Théâtre Ciel Ouvert

PHOTO FOURNIE PAR VANIA BEAUBIEN

L’escargot et la rose du rosier, de Vania Beaubien

Le minuscule théâtre niché dans l’ancienne guérite du Jardin des merveilles accueille cet été une fable écologique, librement inspirée du conte L’escargot et le rosier de Hans Christian Andersen. La courte pièce, d’une durée de 20 minutes, est aussi un clin d’œil à Jean de La Fontaine. Pour toute la famille (particulièrement les petits).

Création de Vania Beaubien, scénographie et marionnettes de Robert Trépanier et Vania Beaubien. À l’ancienne guérite du Jardin des merveilles, au parc La Fontaine de Montréal, à 13 h, 14 h 30 et 16 h, du mercredi au dimanche, jusqu’au 25 août.

Ti-Gus au parc, de Noë Cropsal

PHOTO CHRISTINA ALONSO, FOURNIE PAR LES CASTELIERS

Ti-Gus au parc, de Noë Cropsal

Avec sa nappe à carreaux, Ti-Gus s’en va pique-niquer au parc avec son amoureuse. Mais elle se fait attendre… Inspiré par la tradition européenne de la marionnette à gaine, ce spectacle rigolo est plein de poursuites, d’onomatopées et de coups de bâton. Il s’agit d’une version revisitée du spectacle original, présenté en 2014 au parc La Fontaine. Pour toute la famille.

Texte, mise en scène, scénographie et interprétation de Noë Cropsal, avec « œil extérieur » de Dinaïg Stall. Le jeudi 8 août, à 10 h 30, au parc Howard, dans le quartier Parc-Extension, à Montréal. Dans le cadre de Casteliers sur l’herbe, trois autres représentations sont prévues dans d’autres parcs, jusqu’au 11 août.