Exit la patinoire et les autres métaphores du hockey qui servent d’enrobage à l’improvisation depuis des années. La nouvelle émission Le Punch Club, qui débarque sur Z à compter du 25 août, a plutôt choisi de s’inspirer de la lutte professionnelle pour son tournoi opposant plusieurs improvisateurs réputés.

Stéphanie Morin
Stéphanie Morin La Presse

Avant de devenir une émission de télévision, Le Punch Club a animé des soirées dans les bars de Montréal et de Québec. L’un des créateurs, Dominic Lapointe, explique le concept imaginé en 2012 : « Le Punch Club, c’est de la street impro inspirée notamment des rap battles. Avec Ogden, du groupe Alaclair Ensemble, on a imaginé ce que serait notre vision idéale d’un spectacle d’impro. On voulait des matchs sans règles, où aucun joueur ne pourrait être expulsé… »

Ainsi, dans Le Punch Club comme dans la World Wrestling Entertainment (WWE), tous les coups sont permis. Aucun arbitre n’est là pour imposer des pénalités. Les joueurs peuvent laisser libre cours à leur folie, ponctuer leurs répliques de quelques sacres ou sortir leur humour le plus scabreux. Même les thèmes des improvisations sont facultatifs… Seul l’humour compte.

Chaque émission de 30 minutes présente trois rondes improvisées à un contre un, entrecoupées des commentaires souvent impertinents des humoristes Richardson Zéphir et Ève Côté. Ogden (alias Robert Nelson) porte les habits du maître de cérémonie tandis que Dominic Lapointe agit comme maître de jeu. Quant à Tammy Verge, elle incarne une intervieweuse complètement dépassée par l’ambiance survoltée des matchs. C’est le public présent en studio qui vote pour le gagnant de chaque improvisation.

Huit aspirants pour la ceinture de champion

Huit improvisateurs ont accepté de relever le défi de ces matchs extrêmes : Marie-Soleil Dion, Virginie Fortin, Mehdi Bousaidan, André Robitaille, LeLouis Courchesne, Marie-Ève Morency, Michelle Desrochers et Vincent Bolduc. Au terme des huit émissions, l’un d’entre eux sera sacré champion de la saison.

« Je suis un grand amateur de lutte, alors je ne pouvais pas refuser l’invitation du Punch Club, lance Vincent Bolduc. Même s’il n’y a pas de règles, on garde notre éthique de jeu, notre écoute. Par contre, on reste toujours dans l’humour sans intellectualiser l’improvisation comme ça se fait souvent lors des matchs présentés à la télé. »

  • Marie-Ève Morency et Tammy Verge

    PHOTO FOURNIE PAR Z

    Marie-Ève Morency et Tammy Verge

  • Michelle Desrochers

    PHOTO FOURNIE PAR Z

    Michelle Desrochers

  • Robert Nelson

    PHOTO FOURNIE PAR Z

    Robert Nelson

1/3
  •  
  •  
  •  

Virginie Fortin, qui a maintes fois joué pour Le Punch Club en salle, ajoute : « J’ai toujours trouvé que l’impro à la télé ne transcendait pas bien la réalité en salle. L’improvisation est une expérience qui se vit surtout en direct, avec l’énergie du public. Le Punch Club est ce qui s’en rapproche le plus. En plus, on peut se permettre d’être baveux ! »

Autres nouveautés à Z

Outre Le Punch Club, présenté les mercredis à 20 h, Z propose plusieurs nouveautés pour la saison qui vient. Ainsi, l’émission Peur de rien !, animée par Babu, partira à la recherche des plus grands casse-cous du Québec. La série documentaire Bienvenue à la shop ! plongera quant à elle dans l’univers de la restauration des voitures anciennes. Les émissions Le prochain stand-up : classe de maître et Corde raide reviendront aussi pour une deuxième saison.