Martin Matte a fait une rare sortie émotive mercredi après-midi sur les réseaux sociaux. L’humoriste, qui est en pleine écriture de la nouvelle saison des Beaux malaises, se demande publiquement à quoi ressemblera l’après-COVID pour le monde des arts, mais espère surtout retrouver bientôt le plaisir de la scène et des tournages.

Josée Lapointe Josée Lapointe
La Presse

Faisant écho à de nombreux autres artistes, qui vont de la metteuse en scène Brigitte Haentjens à l’humoriste Martin Petit, Martin Matte n’aime pas beaucoup quand il entend un peu partout que la culture devra « se réinventer ».

« Ça commence à m’énerver un peu (dans le sens de pas mal). Je ne sais pas si je suis dans le champ, mais j’écris comme si cette pandémie n’aura pas d’impact sur la mise en scène des futurs tournages », dit-il à propos des Beaux malaises, sans savoir cependant quand le tournage de la série humoristique pourra commencer.

Il espère même qu’il sera possible de tourner des scènes d’intimité « dans un futur rapproché ». « On ne pourra pas tourner avec zéro risque, ben non. Mais on pourra tourner. En prenant le plus de précautions possible. Va falloir oser à un moment donné », écrit-il.

Le tournage récent d’une pub pour Maxi, avec masques, visières et deux mètres de distanciation, « très proche des tournages et des résultats d’avant » sauf pour la proximité entre les acteurs et actrices, est pour lui la preuve qu’en s’ajustant tout est possible.

Marin Matte s’ennuie des tournages, mais aussi beaucoup de la scène. Pour lui, le web est peut-être une forme de « patchage » très correcte dans les circonstances, mais ce n’est certainement pas une réinvention du stand-up.

« Sans la rencontre avec le public, ce n’est pas du stand-up. » L’humoriste vétéran estime qu’il n’y a « rien de plus beau, de plus noble que la rencontre du public avec des artistes qui, avec tous leurs talents et leurs vulnérabilités, performent devant eux. »

Martin Matte est convaincu que tout cela reviendra un jour, et en attendant trouve dommage cette avidité « de consommer, performer, s’adapter ».

« Slaquons sur le “Les artistes doivent se réinventer”. Et lisons, écoutons des films, des séries, de la musique… Nous reviendrons forts et inspirés. (Et réinventés !). »

« Hâte de vous entendre rire », conclut-il.

En à peine une heure, le message de Martin Matte sur Facebook avait déjà récolté plus de 1000 commentaires, et avait été partagé plus de 500 fois.