(Chicago) L’acteur américain Jussie Smollett a plaidé lundi non coupable de nouvelles accusations en lien avec l’agression dont il affirme avoir été victime début 2019 à Chicago, mais que les autorités locales soupçonnent d’être inventée.

Agence France-Presse

« Il est clairement frustré d’être replongé dans cette affaire », a déclaré son avocate Tina Glandian après sa comparution devant un tribunal de la métropole du nord des États-Unis.

Mais « nous sommes prêts » à aller au procès, a-t-elle ajouté.

L’ancien personnage vedette de la série Empire avait été mis en accusation le 11 février par un jury du comté de Cook, qui englobe Chicago, pour son rôle allégué dans l’agression.

L’acteur homosexuel de 37 ans avait affirmé en janvier 2019 avoir été attaqué dans une rue de la ville par deux partisans du président Donald Trump, qui auraient proféré des insultes racistes et homophobes.  

L’affaire avait provoqué une vague d’indignation dans le pays. Mais l’enquête avait rapidement conclu à une mise en scène de Smollett qui aurait payé deux frères nigérians afin de faire avancer sa carrière et obtenir un cachet plus important dans la série télévisée.

PHOTO CHARLES REX ARBOGAST, ASSOCIATED PRESS

Les frères Olabinjo (à droite) et Abimbola Osundairo

L’acteur a toujours affirmé avoir été agressé.

L’affaire avait connu un nouveau rebondissement en mars 2019 quand les procureurs du comté avaient abandonné toutes les charges pesant contre lui, en échange de 10 000 dollars et de deux jours de travaux d’intérêt général.

La mairie de Chicago avait ensuite décidé de le poursuivre au civil afin qu’il rembourse les frais liés à l’enquête de police, d’un montant de 130 000 dollars.

Gloria Schmidt Rodriguez, l’avocate des deux frères Olabinjo et Abimbola Osundairo, que Jussie Smollett aurait engagés, a affirmé que ses clients étaient « honnêtes, ouverts et remplis de remords quant à leur conduite dans cette affaire ».

« Ils ont dit la vérité depuis le premier jour, ils continueront à le faire et à coopérer », a-t-elle ajouté, assurant qu’ils n’avaient « rien » obtenu en échange.