Marina Orsini goûte à tous les plats qu’elle mitonne dans son émission quotidienne 5 chefs dans ma cuisine à Radio-Canada. Même si les ingrédients la rebutent, genre de la cervelle de mouton ou des abats, elle pique joyeusement sa fourchette dans chacune des assiettes déposées devant elle.

Hugo Dumas Hugo Dumas
La Presse

« Ma curiosité me pousse à tout essayer. Mais je ne ferai pas semblant que j’aime ça si ce n’est pas le cas. Jusqu’à présent, je n’ai pas eu de mauvaise surprise », raconte Marina Orsini en visioconférence.

PHOTO FOURNIE PAR RADIO-CANADA

Marina Orsini anime 5 chefs dans ma cuisine à Radio-Canada

La nouveauté 5 chefs dans ma cuisine, où Marina Orsini accueille un chef différent par jour, démarre le lundi 14 septembre à 11 h 30, tout de suite après Ricardo qui, lui, entame sa 19saison en ondes. Chez Marina, chacune des journées de la semaine porte une thématique : cuisiner sans viande (lundi), manger local (mardi), faire de grandes quantités (mercredi), les saveurs du monde (jeudi) et bien recevoir (vendredi).

C’est simple, efficace, sans fla-fla. Non, ça ne réinvente pas la roue culinaire, mais la roue culinaire n’a pas besoin d’être réinventée tous les six mois.

J’ai regardé trois épisodes de la première semaine de 5 chefs dans ma cuisine. Marina Orsini y apparaît comme dans son ancienne émission de jour : chaleureuse, curieuse, gourmande, spontanée et authentique. C’est du 100 % Marina, qui clique de façon instantanée avec la personne devant elle.

Avec Blake Mackay (14 septembre), Marina prépare un steak de céleri-rave avec sauce aux champignons. Avec Bob le Chef (16 septembre), que Marina appelle « mon beau Bobby », elle monte un gâteau aux 1000 crêpes. Et avec Chuck Hughes (18 septembre), elle roule des gnocchis de pommes de terre — avec des patates Russet, les meilleures pour ce type de recette.

La complicité entre Marina et Chuck traverse l’écran au point où on leur souhaiterait quasiment un « spin-off », que Radio-Canada pourrait même tourner dans les deux langues.

PHOTO FOURNIE PAR RADIO-CANADA

Chuck Hughes sera à l’émission 5 chefs dans ma cuisine le 18 septembre.

Bien sûr, Marina s’installera aux fourneaux avec des femmes, dont Caroline Dumas, Kimberly Lallouz, Helena Loureiro, Anita Feng et Émilie Rizzetto. La banque de chefs de la production se compose d’une vingtaine de noms comme Luca Cianciulli, Arnaud Marchand et Pasquale Vari.

Un autre « show de cuisine » ? roulez-vous présentement des yeux. « Ben oui. Les gens ne s’en lassent pas. En période de COVID, les gens sont beaucoup à la maison et cuisinent davantage », répond Marina Orsini, qui tourne aussi Deuxième chance et le téléroman Une autre histoire, toujours pour le diffuseur public.

Le décor de 5 chefs dans ma cuisine ne fait pas « troisième sous-sol mal éclairé de Radio-Canada ». C’est un atelier habité où il y a de la vie, parfois des dégâts, du beau bordel contrôlé et des pots d’ustensiles disparates. Le studio est hyper lumineux, percé de grandes (fausses) fenêtres.

Il n’y a rien de plus déprimant qu’un show de bouffe qui a l’air enregistré dans un condo modèle semi-vide et sans âme. Dans l’antre gourmand de Marina, on voit même des plantes derrière l’animatrice, dont la fameuse Monstera deliciosa, très populaire chez les pouces verts.

Marina Orsini et son cuistot popotent chacun à leur bout d’un long comptoir en forme de « L ». Pour rigoler, Marina sort parfois un balai pour toucher au chef devant elle. Ils ne partagent pas leurs instruments et ne picorent pas la nourriture de l’autre. Et chacun dispose de son frigo, de son four et de ses ronds de poêle. Donc aucun danger de contamination croisée. Voilà.

District 31 en hausse

PHOTO FOURNIE PAR RADIO-CANADA

Mardi soir, 1 625 000 accros à District 31 ont pesté contre la Riopelle (Geneviève Schmidt).

Le retour de District 31 à Radio-Canada était très, très, très attendu. Lundi soir, 1 656 000 fans ont mordu dans ce premier épisode spécial d’une heure, ce qui surpasse la moyenne de 1 497 000 personnes enregistrée la saison dernière.

Mardi soir, 1 625 000 accros ont pesté contre la Riopelle (Geneviève Schmidt), personnage que l’on prend un malin plaisir à détester. La pandémie n’a visiblement pas freiné les ardeurs des accros au feuilleton policier de Luc Dionne.

Sans surprise, La rentrée de TVA, en format Sucré, salé, a rallié 1 119 000 téléspectateurs lundi soir, ne faisant qu’une bouchée de La fête de la rentrée de la chaîne Noovo, vue par 385 000 curieux. C’est peu d’audience pour un spectacle musical aussi ambitieux.

La fête de la rentrée de Noovo rejouera dimanche à 18 h 30, tandis que celle de TVA repassera dimanche à 20 h 30, précédée de la remise en contexte de La voix (19 h). Ce résumé de La voix est déjà offert en primeur sur le site web de TVA, pour les plus impatients d’entre vous.