Source ID:; App Source:

OSM / Brahms plutôt que Bloch

Claude Gingras
La Presse

La première moitié de ce programme OSM est occupée par le deuxième Concerto pour piano de Brahms, l'un des sommets du répertoire, l'un des très rares concertos comportant quatre mouvements et, par le fait même, l'un des plus longs qui soient.

Yefim Bronfman y a pris 46 minutes lundi soir. L'homme a, si j'ose dire, le physique de l'emploi. Il est massif, comme le concerto, et ces deux puissantes mains déferlant en octaves produisent un son qui rivalise avec l'orchestre. En fait, la baguette de Nagano est timide en comparaison. Massif, le jeu de Bronfman, mais toujours très clair. On souhaiterait simplement un mouvement lent un peu plus senti.

Le public applaudit après les deux premiers mouvements, qui se terminent avec fracas, mais n'applaudit pas après le mouvement lent, qui finit en douceur. Bizarre: on applaudit ce qui est bruyant et on n'applaudit pas ce qui est calme.

Avodath Hakodesh, de Bloch, occupe l'après-entracte et dure près d'une heure. Le texte hébreu est celui de l'office israélite du samedi matin. Harry Halbreich y voit «l'équivalent juif d'une grand-messe catholique» et Bloch lui-même considérait son oeuvre comme «un don d'Israël à l'humanité entière».

Le cantor annoncé est remplacé sans que l'OSM ne nous en ait informé. Thom King, cantor d'une synagogue de Baltimore, remplace Dwayne Croft, baryton du «Met». Sherrill Milnes, lui aussi baryton mais autrefois du «Met», entre pour l'intervention finale, tour à tour parlée et presque chantée, en anglais.

La voix de Milnes, même parlée, s'en va, mais le cantor est impeccable, de même que l'orchestre et le choeur. L'ennui s'installe néanmoins. On aimerait suivre de plus près ce qui se passe sur la scène. Hélas! l'OSM manque encore une fois de la logique la plus élémentaire: le texte figure dans le programme, en trois langues, mais impossible de le lire car la salle est plongée dans le noir.

________________________________________________________________________________________

ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE MONTRÉAL et CHOEUR DE L'OSM. Chef d'orchestre: Kent Nagano. Solistes: Yefim Bronfman, pianiste, Thom King, cantor, et Sherrill Milnes, récitant. Lundi soir, salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts. Série «Signature». Programme: Concerto pour piano et orchestre no 2, en si bémol majeur, op. 83 (1878-81) - Brahms Avodath Hakodesh, pour cantor, récitant, choeur et orchestre (1930-33) - Bloch.

 




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer