Le dernier des quatre concerts du «marathon Hamelin» de Pro Musica a fait presque salle comble à Maisonneuve lundi soir. De quoi réjouir tout le monde, après la demi-salle des premiers soirs. Beaucoup de visages nouveaux, beaucoup de jeunes aussi - bref, un public assez différent de celui qu'on voit habituellement, et qui a écouté dans un silence attentif.

Claude Gingras LA PRESSE

Le pianiste avait puisé la quasi-totalité de son programme au contenu de ses derniers enregistrements. Ainsi, il commença avec deux des 10 sonates de Haydn constituant un double CD paru il y a deux ans. Peu connues et n'appartenant certainement pas au répertoire essentiel, les deux oeuvres restent merveilleusement écrites pour le clavier et Hamelin prend un plaisir communicatif à illustrer cette qualité, faisant dialoguer les deux mains avec autant de clarté que de vélocité et n'oubliant aucune reprise au passage.

 

Ce groupe Haydn sera le meilleur moment du récital, malgré une articulation légèrement moins scintillante que sur l'enregistrement. La sonate en style jazz et quatre mouvements du pianiste Alexis Weissenberg, fascinante au disque, est cette fois exécutée sans relief. On croit déceler une certaine fatigue chez Hamelin: quatre concerts en huit jours, c'est beaucoup! Les deux Chopin routiniers confirment l'impression. Hamelin compositeur ne parvient pas non plus à faire passer ses deux études (malgré sa dextérité dans la seconde, pour main gauche seule). Et son Godowsky final manque de panache et de couleur.

Le public debout ovationne néanmoins - peut-être n'a-t-il jamais entendu le vrai Hamelin? - et le pianiste, ne voulant pas décevoir, accorde deux rappels: de Weissenberg encore, un arrangement de la chanson En avril à Paris, de Charles Trenet, puis, de lui encore, un Petit Nocturne.

____________________________________________________________________________

MARC-ANDRÉ HAMELIN, pianiste. Lundi soir, salle Maisonneuve de la Place des Arts. Présentation: Société Pro Musica. Programme: Sonates en fa majeur, Hob. XVI: 23 (1773), et en si bémol majeur, Hob. XVI: 41 (1784) Haydn Sonate en état de jazz (1982) Weissenberg Barcarolle op. 60 (1846) et Ballade no 3, en la bémol majeur, op. 47 (1841) Chopin Études nos 8 et 7 Hamelin Métamorphoses symphoniques sur Wein, Weib und Gesang - Godowsky