Debbie Lynch-White a mis à profit ses talents de chanteuse et de comédienne pour monter le spectacle Elle était une fois, constitué uniquement de chansons écrites ou composées par des femmes. Elle nous donne un aperçu en six oeuvres de sa démarche, dont on pourra voir le résultat entre autres au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, le 22 février.

JOSÉE LAPOINTE LA PRESSE

L'hymne à l'amour, Édith Piaf, Marguerite Monnot

«Dans mon spectacle, il y a de grands classiques, comme L'hymne à l'amour, et des chansons que les gens connaissent moins», dit Debbie Lynch-White, qui a fait ses choix avec le metteur en scène Frédéric Dubois. La seule constante: que les chansons soient signées par une femme, pour les paroles, la musique ou les deux - sauf un cas, celui de Céline Dion. «Mon amour pour elle est trop fort! dit Debbie Lynch-White. Oui, ce terreau est très fertile, et j'avais de très beaux morceaux. Mais on pourrait faire plusieurs éditions de ce spectacle en changeant toutes les chansons à chaque fois!»

Dis, quand reviendras-tu?, Barbara

«Barbara, c'est du formidable gaz à interprète, estime Debbie Lynch-White. J'adore cette chanson, avec les couplets qui sont comme une urgence de vivre, et le refrain, qui est suspendu et très lent parce que c'est l'attente. C'est l'fun à chanter en mautadit.» S'il faut faire attention pour ne pas tomber dans l'imitation - «Mais pas de danger, Frédéric est là pour sortir la cravache!» -, la comédienne ne se gêne pas pour être théâtrale. «C'est justement pour ça que je voulais travailler avec Frédéric Dubois, qui est un gars de théâtre. Ce spectacle, c'est moi dans tout ce que je suis. Je ne suis pas derrière un personnage, mais je lâche lousse l'interprète en moi à travers les chansons!»

Dear Mr. President, P!nk

Elle était une fois se promène bien sûr entre les styles, les époques et les langues. Debbie Lynch-White tenait à cette chanson de P!nk, qui s'adressait à l'époque à George W. Bush, mais qui s'applique très bien aujourd'hui à Donald Trump. «Ça parle de la valeur humaine, et ça me rejoint parce que ma mère m'a élevée en me disant qu'il n'y avait rien de plus important», dit la comédienne, qui estime que chanter ses contemporaines, ça demeure un terrain glissant. «Charlotte Cardin, par exemple, que j'adore, ça n'aurait pas rapport parce que c'est trop récent. Il faut laisser vivre les chansons pour les faire renaître.»

Ironic, Alanis Morissette

Les chansons du spectacle ne sont pas toutes liées à un épisode de la vie de Debbie Lynch-White. «Le but n'est pas de faire ma bio en chansons, mais de mettre en lumière la parole de ces femmes», précise-t-elle. Par contre, cette chanson d'Alanis Morissette l'est très certainement, et lui rappelle le début de son adolescence. «Je la chante depuis que je suis en sixième année. Alanis, c'est le premier show que j'ai vu de ma vie. J'ai toujours admiré son chien. Je suis même certaine qu'elle m'a aidée à devenir une femme forte.» Des années plus tard, Debbie Lynch-White n'est toujours pas fatiguée d'entendre Ironic. «Je la fais un peu plus acoustique, mais le texte ne se démodera jamais.»

Hiver maudit, Dominique Michel

Cette chanson tout à fait de circonstance est le moment humoristique du spectacle. «C'est le plus théâtral aussi, même scénographiquement parlant..., s'amuse Debbie Lynch-White. C'est que du fun, c'est l'actrice qui se laisse aller.» La comédienne se promène ainsi dans tous les registres, du plus dramatique au plus drôle, un côté d'elle qu'elle ne veut pas mettre de côté. «Je suis assez funny et je ne me prends pas trop au sérieux», dit la comédienne, qui constate tout de même qu'une grande douceur ressort de son spectacle. «La parole des femmes est une parole imagée, sensible. On n'est pas dans un show rock ici, même si certaines chansons bougent plus!»

Noël partout, Safia Nolin

«Safia, c'est mon amie, je l'adore dans tout ce qu'elle est, dans son audace et sa sensibilité », dit Debbie Lynch-White, qui a décidé d'interpréter tout en douceur cette chanson nostalgique et triste. « Il fallait laisser vivre le texte. Ce n'est pas moi qui fais le show ici», dit l'interprète, qui affirme ne pas avoir l'intention de commencer une nouvelle carrière. «Pour moi, chanter c'est un bonus, du crémage. C'est le fun de faire le spectacle, ça ne débouchera pas sur un projet d'album, et je n'ai pas l'intention de demander à des gens de m'écrire des chansons... Mais on s'en reparlera dans 10 ans! Selon ce que la vie nous amènera.»