Descendante d'une longue lignée de griots maliens, issue de la région de Kayes, dans l'ouest du pays (proche de la frontière sénégalaise), la chanteuse Djely Tapa ne modifie aucunement son approche traditionnelle dans ce contexte d'actualisation, soit cette association avec Caleb Rimtobaye, alias Afrotronix.

Mis à jour le 14 janv. 2019
Alain Brunet LA PRESSE

Le label Nuits d'Afrique ne nous a pas habitués à ce type de réalisation où les traditions maliennes et sahéliennes (blues du désert) accueillent la lutherie électronique, et l'adjoignent aux instruments traditionnels ou électriques intégrés au même tout depuis les années 60.

Rimtobaye est un pionnier en ce sens, il met sa science au service de cette excellente chanteuse s'inscrivant dans la plus pure esthétique griotte.

Ainsi, le galbe synthétique de la réalisation et les filtres vocaux des choeurs confèrent à cet album une fraîcheur dont a grand besoin la musique de l'Afrique de l'Ouest et de sa diaspora. Car il s'agit bien d'une création montréalaise au-delà de ses origines, et cette création fera son chemin sur la planète.

Ainsi donc, Djely Tapa (Sountougoumba Diarra de son vrai nom) poursuit les objectifs de représenter la djeliya, le grand art griot, et de repousser les frontières d'un style universellement connu et apprécié.

Sachez que le contenu de cet opus sera présenté sur scène au Ministère, le vendredi 18 janvier, 21 h.

* * * *

WORLD 2.0. Djely Tapa. Barokan. Nuits d'Afrique/Sélect.