La pop de qualité traverse une période faste: après le duo Alfa Rococo, voilà que le quatuor Hôtel Morphée joue aussi aux alchimistes, transformant des formules simples et éculées en méticuleuses mixtures électro-rock.

Publié le 14 sept. 2014
CHARLES-ÉRIC BLAIS-POULIN LA PRESSE

Charnelles, érotiques, funèbres: les compositions tissent un univers envoûtant et onirique, où les guitares érudites tressaillent à juste dose. «Je ne veux pas être ami, je veux te coucher sur le dos», chante sans détour Laurence Nerbonne d'une voix libidinale. Ni circonvolutions inutiles ni paresse dans l'exploration: seulement le plaisir de raconter une Amérique viciée - et d'en faire partie.

Le recours à la distorsion, à Auto-Tune et aux improvisations stylistiques est pesé, maîtrisé. Philippe Brault (Random Recipe, Philémon Cimon), à la réalisation, berce ce Rêve américain de textures pop-rock et en fait un des albums québécois les plus emballants à déballer cette année.

À écouter: Soigne-moi

ROCK

Hotel Morphée

Rêve américain

Audiogram

****