Mettre en chanson l'oeuvre d'un poète québécois sans le concours de Louis-Jean Cormier ou Chloé Ste-Marie, c'est déjà original en soi.

Mis à jour le 1er janv. 2012
Philippe Renaud, collaboration spéciale LA PRESSE

Que le poète en question soit Jean Narrache (Émile Coderre, 1893-1970) et que des rappeurs et beatmakers s'y intéressent au profit du magasine L'Itinéraire, voilà qui est franchement rafraîchissant. Une poignée d'artisans issus du champ gauche de la scène hip-hop québécoise déploie des trésors d'imagination pour redonner vie à ces portraits du «p'tit monde» d'un Montréal lointain, et pourtant encore si près de nous. Le résultat est certes inégal - la voix distortionnée de Jesuisgabbo ne nous permet pas de saisir le texte de La Montre-bracelet -, mais l'audace de la proposition, ainsi que la cause (téléchargeable au coût de 5$, versés à L'Itinéraire) compense les faiblesses. Coups de coeur: Ogden (Alaclair Ensemble) rappe a cappella assis dans le parc En rôdant dans l'parc Lafontaine, la livraison du MC Egypto sur Dans la lune, et le travail du producteur Maxime Robin, qui déploie des beats lugubres et gonflés par la basse soulignant à merveille la gravité des scènes narrées par Jean Narrache. Vivement un second volume.

À écouter: Egypto - Dans la lune.

ARTISTES Var.

J'rappe tout seul quand Jean...

* * *

jeannarrache.com