La musique de Piers Faccini est folk dans ce que le folk a de plus essentiel.

Les chansons de cet Anglais aux racines italiennes, établi en France, racontent des histoires universelles sur des musiques qui ne le sont pas moins. Des musiques organiques qui puisent à des sources multiples et les intègrent avec tellement d'intelligence et de sensibilité qu'on ne distingue bientôt plus leurs couleurs européennes, américaines ou africaines. Des chansons dans lesquelles le violoncelle de l'ami Vincent Ségal, la trompette d'Ibrahim Maalouf et les guitares, l'harmonica et la voix veloutée de Faccini cohabitent avec les percussions de son complice romain Simone Prattico et le n'goni du griot malien Makan Tounkara.

Treize chansons-fables qui, comme That Cry et la très belle Three Times Betrayed, nous surprennent par un changement de rythme ou de ton. Ça devient du Piers Faccini, l'aboutissement logique, et éblouissant, d'une démarche entreprise dès son tout premier album Leave No Trace en 2004. Treize chansons comme un voyage dont toutes les étapes sont aussi fascinantes les unes que les autres et qu'il faut écouter en boucle. My Wilderness confirme ce qu'avaient deviné ceux qui ont applaudi Piers Faccini à l'Astral l'an dernier : voilà un artiste sur lequel il faudra désormais compter. (En magasin mardi)

À télécharger : Dreamer, Three Times Betrayed

FOLK

Piers Faccini

My Wilderness

****

Tôt ou Tard/

Six Degrees