On appelle ça un coup de coeur complet: le troisième album solo de Jonathan Painchaud est parfait dans le genre chanson rock et s'écoute de bout en bout, no problemo.

Marie-Christine Blais LA PRESSE

Oui, les textes sont très bien écrits et évitent une foule de clichés, en multipliant notamment les points de vue. D'accord, les mélodies sont fortes et accrocheuses. Bien sûr, la réalisation et les arrangements (généralement up tempo et rock), conçus avec son frère Éloi, sont vraiment bien pensés. Et la voix est agréable au max, Painchaud en jouant selon les besoins (comparez Bruce Lee vs Chuck Norris et À genoux).

Mais la force de ce disque tient plus qu'à la somme de toutes ses qualités: La dernière des arcades parvient à capter parfaitement ce que c'est qu'être un homme dans la jeune trentaine, aujourd'hui, au Québec.

Ça suppose pas mal de nostalgie - un des traits marquants de cette génération -, mais sans lourdeur, au contraire.

Comme si cela ne suffisait pas, ce disque réussit l'exploit d'être à la fois accessible et raffiné. Bref, album à large spectre, à consommer sans modération.

Extrait: Bruce Lee vs Chuck Norris

ROCK

Jonathan Painchaud

La dernière des arcades

Maison de disque: Sphère / DEP