Répétitive et souvent cliché, la bande sonore du film Music, de la chanteuse Sia, ne pourra probablement pas sauver les meubles, après le tollé que le long métrage a provoqué. Mais parce que la musique de film et le style de l’auteure-compositrice-interprète australienne font plutôt bon ménage, que quelques pièces se démarquent, l’album devrait tout de même être plus apprécié que son film, unanimement abhorré.

Publié le 22 févr. 2021
Marissa Groguhé
Marissa Groguhé La Presse

Vous trouverez difficilement une critique positive du film Music, premier (et peut-être dernier) film réalisé par Sia. Mettant en vedette sa muse Maddie Ziegler, dans le rôle d’une jeune fille autiste, on lui a reproché de ne pas avoir plutôt fait appel à une comédienne réellement atteinte d’autisme. Sia assurait avoir fait ses recherches, mais on a tôt fait de lui indiquer que certaines scènes perpétuaient des clichés et qu’elle montrait même une méthode de contention dangereuse.

Mais oublions un instant la controverse, mettons de côté notre opinion sur la légitimité de la démarche de la chanteuse dans cette production, qui a malgré tout récolté deux sélections aux Golden Globes. Concentrons-nous sur la musique.

Truffé de « tu peux le faire », de « je suis là pour toi », de « tu dois t’aimer comme je t’aime », l’album Music est par moments d’une lourdeur indicible. Le message est beau, important, certes, mais répété dans une chanson sur deux pendant 50 minutes, il devient lassant. Les textes qui se détachent de ce message d’espoir redondant sont plus digestes.

On est dans la musique de film (les acteurs interprètent certaines chansons dans les scènes musicales), et les thèmes nous y ramènent constamment, mais il s’agit aussi, tout simplement, d’un album de Sia. En tout, 4 des 14 pièces sont inspirées du film sans avoir été écrites pour se coller à l’œuvre cinématographique. La pop de l’Australienne est en fin de compte ce qui sauve le disque. Les refrains sont souvent entraînants. Save my Life, coécrite avec Dua Lipa et Greg Kurstin (son complice de longue date), par exemple, est une bonne chanson, qu’on pourrait très bien entendre à la radio. Tout comme 1+1, Eye to Eye ou Miracle.

La voix de Sia, toujours magnifique, est ce qu’on retient de mieux de l’ensemble des chansons. Et même les paroles, bien que sirupeuses par moments, font foi du talent d’auteure qu’on lui connaît depuis ses débuts. Bref, sans être du niveau de ce que l’artiste a proposé par le passé, Music, l’album, a le potentiel d’être mieux reçu que Music, le film.

0:00
 
0:00
 

Revenons maintenant à la controverse. Car, malheureusement pour lui, le disque vit parce que le film existe. Et il sera donc difficile de demander au public de les dissocier. Faire la promotion de l’album, alors que le long métrage a été si vivement critiqué, doit s’avérer bien difficile. « Vous pouvez désormais écouter la musique inspirée du film à succès », aurait-on pu faire valoir… si le film avait obtenu un quelconque succès.

Il reste maintenant à voir comment Sia se relèvera après ce flop. À l’écoute de ce neuvième album imparfait, mais accrocheur, on comprend que c’est la musique, où elle excelle la plupart du temps, qui pourra la racheter.

Bande sonore
Music – Songs from and Inspired by the Motion Picture
Sia
Atlantic
Deux étoiles et demie

IMAGE ASSOCIATED PRESS

Music – Songs from and Inspired by the Motion Picture, de Sia