(Paris) Des festivals pourront se tenir en France cet été, mais avec une limite de 5000 spectateurs, qui devront être assis, en raison de la crise du coronavirus, a annoncé jeudi à l’AFP le Syndicat des musiques actuelles (Sma) après une entrevue avec la ministre française de la Culture Roselyne Bachelot.

Agence France-Presse

« On en sait un peu plus pour le cadre général, mais il reste des zones de flou, ce qui est sûr c’est que la saison des festivals 2021 ne sera pas comme les autres », a indiqué à l’AFP Aurélie Hannedouche du Sma.

Le festival des Vieilles Charrues, qui se déroule en juillet en Bretagne et avait rassemblé 270 000 spectateurs en 2019, a confirmé à l’AFP qu’il était prêt « à s’adapter ».

Parmi les « zones de flou », figure la question de l’autorisation des zones bar/restauration, qui dépendra de la réouverture « dans le secteur de la restauration », selon Mme Hannedouche.

« Nous avons envie d’organiser nos festivals cet été, mais pas à n’importe quel prix, nous attendons une parole forte du président ou du premier ministre qui s’engage sur la reprise du secteur culturel », a ajouté la responsable du Sma.

Jérôme Tréhorel, directeur des Vieilles Charrues, a expliqué à l’AFP que le ministère de la Culture avait décidé d’un « rendez-vous mensuel » avec les festivals de musiques actuelles pour évoquer l’évolution de la situation.

« Nous pourrions très bien passer en configuration debout si la situation sanitaire s’améliorait », a-t-il avancé.

« Je craignais beaucoup qu’il n’y ait pas d’annonce du tout ou que les festivals d’été soient interdits », a-t-il confié.

« Aux Vieilles Charrues, on s’adaptera. Ce ne sera pas un été silencieux à Carhaix (commune bretonne où se déroule le festival), ce sera l’été des retrouvailles ».

Le festival parisien Solidays (228 000 personnes en 2019) a en revanche déjà jeté l’éponge, sans attendre la réunion de jeudi, car il sert à financer des actions de Solidarité Sida et ses organisateurs redoutaient qu’il ne soit pas viable.

À cause de la pandémie, la saison 2020 avait été une saison quasi blanche pour les festivals de musiques actuelles en France.