(Londres) Oublié depuis longtemps, le chant marin renaît sur les réseaux sociaux et prend même d’assaut le répertoire populaire, maintenant que deux artistes britanniques ont signé des contrats d’enregistrement après leurs performances en ligne.

Sian Watson
The Associated Press

Un facteur écossais, Nathan Evans, et un groupe folk de la ville de Bristol, The Longest Johns, ont paraphé des contrats la semaine dernière. M. Evans a atteint la première place sur les palmarès britanniques avec sa version de Wellerman, une composition néo-zélandaise qu’il avait tout d’abord chantée sur TikTok.

Le chant marin (sea shanty, en anglais) fait partie du répertoire de certains artistes depuis longtemps. Le groupe néo-zélandais The Salty Wailers s’est formé il y a un an comme « prétexte pour aller prendre un verre la semaine » dans les pubs de Wellington.

Un membre du groupe, Ben Bamford, a expliqué que leur intention était « d’embarquer tout le pub avec nous, pour faire trembler les murs et pour faire lever le plafond. On veut que les gens qui passent dehors se disent, “non, mais, qu’est-ce qui se passe là-dedans ?”.

Aucun membre du groupe n’est présent sur TikTok, a-t-il dit, mais le regain de popularité de ce genre musical a encouragé le groupe à remonter sur scène.

Les chants marins sont des chants de travail qui ont vu le jour sur les voiliers au 19e siècle.

Gerry Smith, qui enseigne l’anglais à l’université Liverpool John Moores et qui a écrit le livre Sailor Song : The Shanties & Ballads of the High Seas, fait remarquer que, techniquement et malgré son succès, Wellerman n’est pas un chant marin : la structure appel-réponse des chants marins devait permettre aux marins de chanter et de travailler à l’unisson pendant qu’ils effectuaient de lourdes tâches physiques.

« Pendant (qu’Evans) chante les quatre premières lignes seul, avant que tout le monde embarque pour le refrain, les marins sont assis à se tourner les pouces et à fumer. Ça ne fonctionnera pas », a expliqué M. Smyth.

Toutefois, a-t-il ajouté, la chanson pourrait être transformée en chant marin puisqu’elle traite de choses maritimes, comme la chasse à la baleine.

Que Wellerman soit un chant marin ou non, on ne peut nier sa popularité en ligne. La version que M. Evans a mise sur TikTok à la fin décembre a été vue près de 11 millions de fois.

Claire Maddocks, qui s’intéresse à l’effet thérapeutique de la musique sur le cerveau, croit que les chants marins fascinent les gens en raison de « la simplicité de la voix humaine » et la nature répétitive et prévisible du chant.

« Nous entendons exactement ce qui va arriver après, alors ça nous attire, a-t-elle dit. Je pense que c’est un peu comme une série qu’on continue à écouter sur Netflix parce qu’on se préoccupe du sort du personnage. Il y a presque ce genre de lien émotionnel. »

La version de Wellerman de M. Evans a été refaite par 220 KID pour Polydor Records/Universal Music. La maison de disques croit que les chants marins connaissent un regain de popularité sur TikTok, et surtout cette année, en raison du sentiment de communauté associé aussi bien au style musical qu’à l’application — la fonction de duo permet à l’internaute de chanter avec l’artiste et de « rassembler plusieurs voix ensemble ».

M. Evans ajoute que, dans le contexte contemporain du confinement, avec « tout le monde coincé à la maison », chanter Wellerman nous a « donné un élan et nous a permis de continuer à avancer ».

David Robinson, du groupe The Longest Johns, est d’accord, expliquant que la mode du chant marin offre une nouvelle façon d’interagir avec quelqu’un en ligne. Les gens peuvent chanter « en attendant leur Uber Eats », a dit son camarade Andy Yates.

Au cours de la dernière semaine, The Longest Johns, qui a aussi diffusé sur YouTube une version populaire de Wellerman, a signé des contrats avec Decca Records et UTA. Ils ont annoncé une tournée britannique plus tard cette année.

Et les gens peuvent bien dire que Wellerman est un chant marin si ça les amuse, a dit le professeur Smyth.

« S’ils veulent s’en servir, si ça leur procure du plaisir et de la joie, c’est parfait. Je ne veux pas gâcher la fête. En termes techniques, je ne pense pas que c’est un chant marin, mais je n’ai aucun problème à ce que les gens l’utilisent comme ça s’ils veulent », a-t-il dit.