Il est une qualité rare, essentielle, qui n’est pas donnée à tous les songwriters, qu’importe le talent avec lequel ils manient la plume ou les mélodies : la présence. Lucinda Williams l’a, ce je-ne-sais-quoi d’intangible, d’entier, de vrai. Si fort que c’est ce qui porte Good Souls Better Angels, album qui s’appuie sur un mélange senti et bien soupesé de blues, de rock, de folk et de country. 

Alexandre Vigneault Alexandre Vigneault
La Presse

Ces chansons ne sont pourtant pas une affaire d’équilibre : ça « rocke » quand ça doit « rocker », la voix casse quand elle doit hurler, ça accroche dans les coins. Pas mal tout le temps. Lucinda Williams lance sa voix graveleuse sur des guitares rugueuses et des chansons qui, le plus souvent, évoquent des nuits sombres, écorchées, mouvementées. Marianne Faithfull qui met ses tripes sur la table comme Nick Cave, mettons. 

0:00
 
0:00
 

IMAGE TIRÉE DU WEB

Good Souls Better Angels, de Lucinda Williams, Highway 20 Records

Good Souls Better Angels ne révolutionne rien. N’évite pas certains clichés. Mais il palpite, rage et caresse (un peu) avec une vigueur et une authenticité rare. La fusion entre la chanteuse et son groupe est totale, bien enracinée, dans le ton comme dans le rythme. Mais c’est une évidence : c’est le phrasé et la voix de cette conteuse rock qui sont le cœur et le corps de ce disque noir et vivant.

★★★★

Rock, country, folk. Good Souls Better Angels. Lucinda Williams. Highway 20 Records.