(Montréal) En deuil de sa mère depuis quelques heures à peine, Céline Dion a tout de même donné son spectacle prévu vendredi soir à Miami, dans le cadre de sa tournée Courage.

Helen Moka
La Presse canadienne

Il s’agissait de la façon pour la chanteuse de rendre un vibrant hommage à sa mère, à celle qui a été l’élément déclencheur menant à sa carrière internationale.

« C’est à cause d’elle et de mon père que je suis devenue une artiste, interprète », a raconté Céline Dion à la foule du American Airlines Arena de Miami.

« Ce soir, de la part de mes frères et de mes sœurs ainsi que de toute ma famille [longue pause], nous souhaitons lui dédier ce spectacle », a ajouté Céline à ses admirateurs qui l’ont soutenu par des applaudissements.

Thérèse Dion est décédée à l’âge de 92 ans. Celle que l’on surnommait affectueusement « Maman Dion » s’est éteinte « paisiblement chez elle », dans la nuit de jeudi à vendredi, entourée des siens, notamment de sa cadette Céline qui a souligné avoir passé la soirée à son chevet.

PHOTO ALEXANDER TAMARGO, ARCHIVES GETTY IMAGES/AFP

Céline Dion et sa mère Therese en février 2010

« Nous avons raconté des histoires. Nous avons chanté des chansons. Nous nous sommes enlacés et nous avons fait nos adieux », a raconté la vedette sur un ton intimiste et en prenant de longues pauses.

« Nous sommes pas mal certains que maman attendait que nous soyons tous réunis ensemble avant de partir », a confié la chanteuse qui a grandi à Charlemagne, dans la région de Lanaudière, aux spectateurs.

Céline Dion était toujours à Miami samedi où un autre concert était prévu en soirée, au même endroit. Sa tournée Courage l’amènera par la suite au Texas à la fin janvier, puis dans plusieurs autres villes américaines jusqu’en avril.

Le hasard a cependant fait en sorte que les retrouvailles avec son public québécois auront lieu très prochainement, soit le temps d’un spectacle au Centre Bell de Montréal le 18 février prochain. Une soirée qui risque d’être riche en émotions lorsqu’on pense à quel point le public québécois affectionnait aussi sa « Maman Dion ».