(Chicago) Le rappeur américain Juice WRLD a été pris de convulsions à l’aéroport de Chicago au moment où la police fouillait ses bagages à la recherche d’armes et de drogues, rapportent lundi les médias locaux au lendemain de sa mort soudaine à l’âge de 21 ans.

Agence France-Presse

Selon le Chicago Tribune, les autorités attendaient le jeune artiste à l’aéroport Midway alors qu’il venait de rentrer de Californie à bord d’un jet privé.  

Lorsque Jarad Higgins, de son vrai nom, a commencé à faire un malaise, un agent du FBI lui a administré en urgence de la naloxone, antidote utilisé dans les cas d’overdose aux opiacés.    

Le rappeur, poursuit le quotidien local, sur la base de sources policières anonymes, a alors temporairement repris connaissance. Mais son décès a été prononcé dimanche peu après 3 h dans un hôpital de la banlieue de Chicago.

La police a retrouvé dans ses bagages et ceux de son entourage une quarantaine de sachets de cannabis, six bouteilles de sirop pour la toux à base de codéine, un opiacé, ainsi que plusieurs armes de poing et munitions.

L’autopsie pratiquée lundi par les médecins légistes du comté de Cook n’a pas permis d’en apprendre davantage sur les causes de la mort de Juice WRLD, mais des analyses complémentaires seront menées, a indiqué le comté dans un communiqué.

Une veillée funèbre aura lieu vendredi dans sa ville natale de Chicago. Le rappeur devait se produire ce weekend au festival Rolling Loud, à Los Angeles.  

Comme d’autres artistes de sa génération, Juice WRLD s’était fait remarquer en ligne avant de percer auprès du grand public, notamment grâce à son titre Lucid Dreams.

Cette génération des « rappeurs SoundCloud », du nom de la plateforme de diffusion en continu sur laquelle ils ont émergé, évoque souvent dans ses textes la consommation de drogues et de médicaments, dont le Xanax, un antidépresseur.