Originaire de Boston, longtemps résidante de Montréal, New-Yorkaise d’adoption depuis 2015, Emma Frank explore de nouveau les recoins et retranchements de l’intimité. Ce périple chansonnier au plus profond de soi se veut un processus de découverte et aussi de catharsis.

Alain Brunet Alain Brunet
La Presse

Amour, désir, perte, engagement, doute… ces couleurs primaires de l’âme sont tour à tour évoquées à travers huit chansons originales auxquelles s’ajoute Either Way, reprise de Wilco signée Jeff Tweedy.

Précisons en outre que les musiques de Dream Team et Lilac ont été respectivement composées par le trompettiste Simon Millerd et le pianiste Aaron Parks, les arrangements de cordes au programme sont de Dominik Mekky.

Cela étant formulé, l’essentiel du travail est une conception d’Emma Frank, l’œuvre chansonnière a été coréalisée avec l’arrangeur, compositeur et multi-instrumentiste (guitares et claviers) Franky Rousseau.

IMAGE FOURNIE PAR JUSTIN TIME RECORDS

Come Back, d’Emma Frank 

Les musiciens ici impliqués témoignent de cette vibrante connexion entre jazzmen new-yorkais et montréalais : Aaron Parks, piano, Tommy Crane, batterie, Zach Lober, basse, Simon Millerd (trompette), Chick-Fan (violon et alto), Pedro Borquinha (guitare, percussions, synthés).

Une fois de plus, l’avant-folk d’Emma Frank se démarque par une voix suave, par des choix harmoniques nettement au-dessus de la moyenne folk et aussi par la qualité exceptionnelle des interprètes. Sur scène le 9 octobre prochain au café Résonance.

★★★★

Folk, jazz. Come Back. Emma Frank. Justin Time Records.