À Québec le blanc, KNLO a fait partie d’une minorité très visible. À l’évidence, l’artiste afro-keb a su tirer son épingle du jeu : d’abord au sein d’Alaclair Ensemble, puis en tant que beatmaker, aussi grâce à ses projets solos.

Alain Brunet Alain Brunet
La Presse

À travers les 11 titres de ce nouvel album, il procède à une diffraction autobiographique bien sentie. On y suit la trace d’Akena Lohamba Okoko de Sainte-Foy à Limoilou, dans les quartiers de Montréal propices au bouillonnement hip-hop, et plus encore.

Rappeur de très bon niveau, KNLO a su adapter la langue familière à son flow-joual québécois, pointes de franglais, vraies trouvailles.

IMAGE FOURNIE PAR 7IÈME CIEL

Sainte-Foy, de KNLO

Il y a adjoint un excellent beatmaking, de concert avec le collègue Vlooper. Les musiques sont soul, R&B, trap, breakbeat, West Coast hip-hop des années 90, rumba congolaise, un brin jazzy. Fédérateurs dans plusieurs cas, ces choix stylistiques sont au service des mots et des sons traités avec la maîtrise d’authentique hitmakers de la zone hip-hop.

Force est de conclure que KNLO est l’un de nos plus allumés, capable de greffer à l’imaginaire keb des pans d’histoire du rap et de la pop urbaine. Dans la fraîcheur, le plaisir, la singularité, surtout dans le groove.

Sur la scène Desjardins des Francos le 14 juin.

★★★★ HIP-HOP. Sainte-Foy. KNLO. Disques 7ième Ciel.