Cette formation californienne réapparaît après 13 ans de pause en studio, l’opus 10,000 Days remontant à 2006. Rappelons que Tool fut un groupe visionnaire dans les années 90 et 2000…

Publié le 5 sept. 2019
Alain Brunet
Alain Brunet La Presse

Après la tournée suivant la sortie du quatrième album studio, les membres de Tool ont vaqué à d’autres occupations ; le frontman Maynard James Keenan a œuvré au sein de Puscifer et d’A Perfect Circle.

Contre toute attente, revoilà un Tool réusiné avec un cinquième opus à la hauteur de ses prétentions : six des sept titres sous la bannière Fear Inoculum ont été conçus en formats longs, variant de 10 minutes 21 secondes à 15 minutes 44 secondes... un autre plus court complète cette proposition.

Outre le caractère atypique des compositions dans un contexte rock, l’amalgame ici suggéré réunit prog, métal, électro, post-minimalisme et world… tablas indiens !

IMAGE FOURNIE PAR TOOL DISSECTIONAL/ RCA

Fear Inoculum, de Tool

On reste néanmoins ancré au rock, mais sans redondance ni pompe ; l’étoffe des arrangements et des greffes stylistiques justifie amplement cette renaissance et contribue à l’entrée tardive de la forme au XXIe siècle.

Tool redevient ainsi un phare de l’expression rock et se laisse désirer pour des apparitions devant public. Fear Inoculum ?

À l’évidence, des centaines de milliers de fans ne résisteront aucunement à l’injection. De nouveau, ils auront la piqûre...

★★★★

Prog, métal, électro. Fear Inoculum. Tool. Tool Dissectional/RCA.