Dans le cadre du Kanaval Kanpe tenu samedi soir au Centre Phi, Arcade Fire a donné un mini-concert surprise au grand plaisir des convives. Le supergroupe montréalais était très impliqué dans la collecte de fonds pour Kanpe - l'organisme se consacre à la reconstruction haïtienne, particulièrement le village Baille Tourrible dont les habitants jouissent désormais d'un soutien fondé sur leur propre prise en charge.

Alain Brunet LA PRESSE

Sur scène, Win Butler a qualifié cette soirée solidaire de première étape, «fucking first step», pour reprendre son expression très appuyée. On a reconnu les chansons Headlights Look Like Diamonds, Sprawl II (Mountains Beyond Mountains) et l'inévitable Haïti, entonnée par une Régine Chassagne... enceinte jusqu'au cou ! On a aussi remarqué des rythmes rara, typiques de l'Île Magique, intégrés à certaines séquences de l'interprétation. Dans l'entourage d'Arcade Fire, d'ailleurs, on a laissé entendre que la patrimoine haïtien de Régine pourrait être plus présent dans l'album à venir du fameux band, dont la sortie précédera assurément un congé parental.

Très chic, en fait, ce carnaval créole qui réunissait des personnalités de la communauté haïtienne de Montréal et plusieurs vedettes des médias. On a reconnu entre autres Dominique Anglade, politicienne d'origine haïtienne et l'une des fondatrices de Kanpe, venue avec des membres de la Coalition Avenir Québec dont le chef en personne, François Legault. Environ 400 personnes ont contribué généreusement à cette collecte de fonds (places de 400 $ et 175 $), avant que les nuitards se présentent vers 23 h pour une somme plus modeste (30 $).

Plusieurs étages du Centre Phi avaient été bellement redécorés pour l'occasion, masques de carnaval et autres oeuvres créoles exposés sur les murs. Hormis la courte prestation d'Arcade Fire, le konpa et autres rythmes d'Haïti ont largement dominé la soirée. Très dynamique, le groupe Doody & Kami a donné le ton en ce sens, les DJ ont pris ensuite la relève jusqu'aux petites heures.