Un film d'archives de 2,5 minutes sur l'Insurrection de Varsovie lancée le 1er août 1944 contre l'occupant allemand a été projeté avant le début du concert de Madonna devant plusieurs milliers de fans mercredi dans le stade national de la capitale polonaise.

Publié le 1er août 2012
AGENCE FRANCE-PRESSE

Le public a accueilli le film avec des applaudissements, selon l'agence PAP. Le concert a commencé avec près d'une heure de retard.

Le film a été projeté à la demande de la mairie de Varsovie, après une pétition demandant l'annulation du concert de la pop star en cette journée du souvenir pour le 68e anniversaire de l'Insurrection.

Un groupe de jeunes Catholiques, «la croisade des jeunes», avait lancé une pétition en ce sens qui a recueilli plus de 54 000 signatures sur internet. Selon eux, «l'oeuvre» de Madonna attaque la foi catholique.

Un archevêque de Varsovie Mgr Henryk Hoser avait appelé à une prière contre «le concert blasphématoire».

Aucune protestation n'a cependant eu lieu devant le stade où se déroulait le concert, a constaté un journaliste de l'AFP.

Le 1er août 1944, les chefs de l'armée AK, la résistance polonaise dépendante de Londres, espéraient libérer Varsovie des mains des nazis avant l'arrivée de l'Armée rouge dans la capitale.

Les premières unités de l'Armée rouge arrivées dans les banlieues Est de Varsovie deux jours avant le début de l'insurrection, s'arrêtent sur la rive orientale de la Vistule. Sur ordre de Staline, les Soviétiques resteront armes aux pieds jusqu'à la fin de l'insurrection.

Après 63 jours de combats acharnés, les insurgés ont dû capituler le 2 octobre. Environ 18 000 combattants mal armés ont péri, de même que 17 000 soldats allemands.

L'Insurrection de Varsovie fut une des pages les plus sanglantes de l'histoire de la Pologne. Au total 200 000 civils ont été massacrés et les 500 000 survivants ont été déportés de la cité qui fut ensuite systématiquement détruite sur l'ordre d'Hitler.

Comme chaque année, à 17h (11h, heure de Montréal), les Varsoviens, automobilistes et piétons, se sont arrêtés mercredi pour observer une minute de recueillement alors que des sirènes retentissaient dans toute la ville pour marquer le lancement de l'insurrection.