Les médias ont décidé en 1969 que c'était sa faute à elle: la rupture des Beatles. Yoko Ono a manipulé John Lennon, a-t-on tranché. Des jeunes, qui n'étaient pas nés alors, le croient aujourd'hui. Aujourd'hui encore, journalistes, photographes et biographes se plaisent à la dépeindre comme une femme sérieuse, fermée, peut-être mégalomane.

Mario Cloutier LA PRESSE

À New York, la semaine dernière, dans un studio aux grandes fenêtres donnant sur le fleuve Hudson, La Presse a rencontré une femme de 76 ans dans une forme physique et intellectuelle resplendissante. Une femme gaie et passionnée. Et d'une grande chaleur. Nous avons beaucoup cherché le mythe de la femme détestable avec notre objectif et nos questions. Nous ne l'avons pas trouvé.

 

L'enthousiaste artiste a accepté de monter sur un bord de fenêtre de 15 cm de large, se pliant ainsi à une demande de notre photographe. Tout cela malgré les hauts cris de son assistante. L'attachée, nerveuse, voulait que l'on cache un bouton dans son cou. Yoko Ono l'a placé en pleine lumière.

Opération de charme, diront les cyniques. Peut-être. Mais pendant près d'une heure, celle à qui la Biennale de Venise rendra hommage cette année a partagé avec nous sa fierté d'être là, tout simplement.