Le journaliste à la retraite Claude-V. Marsolais, qui a travaillé pendant plusieurs décennies à La Presse, est mort vendredi des suites d'un cancer foudroyant. Il avait 74 ans.

Mis à jour le 13 sept. 2016
Louise Leduc LA PRESSE

«CV», comme tout le monde l'appelait, a commencé dans le métier au quotidien L'Action catholique de Québec.

Il est ensuite entré à La Presse. Pendant sa carrière, il a couvert la politique provinciale et municipale, de même que les affaires syndicales. Dans ses dernières années à La Presse, il travaillait au pupitre.

«C'était une personne fiable, discrète et très engagée dans le syndicat, raconte son ancienne collègue Monique Prince. Il a aussi cofondé notre association de journalistes retraités.»

«CV était une mer tranquille, quelqu'un de placide. Il en fallait beaucoup pour qu'il lève le ton», explique Josée Garant, une amie.

Son frère Daniel, qui a aussi été journaliste à La Presse, souligne que Claude-V. était féru d'histoire. Il avait écrit son mémoire de maîtrise sur le référendum de 1980 et il est le coauteur de l'ouvrage Histoire des maires de Montréal, publié chez VLB.

Il était également un grand voyageur.

Outre Daniel, Claude-V. laisse dans le deuil ses deux soeurs, Claudette et Francine, de même que ses neveux et nièces.

La famille accueillera mardi parents et amis au salon Alfred Dallaire, situé au 1120, rue Jean-Talon Est, de 14 h à 17 h et de 19 h à 21 h.

La Presse offre ses condoléances à la famille et à tous les proches de Claude-V.