Source ID:376357; App Source:cedromItem

Maman taille 0

Dans son essai The Mommy Myth, l'auteure Susan...

Agrandir

Dans son essai The Mommy Myth, l'auteure Susan J. Douglas dénonce les effets dévastateurs de la propagande de la maternité idéale sur les mères «ordinaires».

L'image des nouvelles mamans véhiculée dans les magazines à potins et les magazines féminins exerce souvent un impact négatif sur les femmes. Semaine après semaine, on publie des photos de stars qui viennent tout juste d'accoucher et qui ont miraculeusement perdu tout le poids qu'elles avaient pris durant leur grossesse. De Victoria Beckham à Gwyneth Paltrow en passant par Kate Moss, on les voit moulées dans leur jeans skinny ou, mieux encore, en bikini sur la plage, et ce, quelques semaines à peine après leur accouchement. Elles sont minces, sveltes et resplendissantes, et les autres femmes se demandent pourquoi elles, elles n'y arrivent pas.

Certaines de ces stars ont embauché un entraîneur à domicile, d'autres ont suivi des régimes draconiens, plusieurs sont anorexiques et quelques chanceuses ont un métabolisme généreux. Le diktat de la minceur post-grossesse est toutefois une réalité. On ne compte plus le nombre d'articles vantant les mérites de tel ou tel régime post-grossesse supposé aider les femmes à se glisser dans leur jeans taille 0 avant que bébé n'ait percé sa première dent.

En Angleterre, la ministre de la Condition féminine, Jo Swinson, prend la situation très au sérieux. La semaine dernière, elle a annoncé une série de mesures pour lutter contre la dictature de la minceur. Parmi ces mesures, un projet-pilote d'infirmières qui feront du porte-à-porte à la rencontre des nouvelles mamans anglaises.

Au Québec, quand les infirmières du CLSC visitent les nouvelles mamans à la maison dans les jours ou les semaines suivant l'accouchement, c'est pour savoir si l'allaitement se passe bien, si le moral n'est pas trop à plat ou si bébé est propre et bien traité.

Mais en Angleterre, les infirmières participant au projet-pilote de la ministre Jo Swinson se concentreront spécifiquement sur la question de l'image corporelle. Elles seront chargées d'insister sur l'importance de créer un lien avec leur nouveau-né plutôt que de courir au gym pour retrouver leur ligne.

Oui, nous en sommes là.

Cette obsession de la minceur après la grossesse s'inscrit dans un mouvement plus large que les Anglo-Saxons nomment «new momism», un culte de la maternité relayé entre autres dans les médias par les vedettes de la télé, du cinéma et de la mode, et qui fait la promotion d'une maternité facile, sereine et comblée. L'auteure Susan J. Douglas a très bien décrit le phénomène dans son livre The Mommy Myth, un essai qui dénonce les effets dévastateurs de la propagande de la maternité idéale sur les mères «ordinaires». Incapables d'atteindre les standards véhiculés dans les médias par leurs idoles, ces femmes souffrent de troubles alimentaires, de dépression et, plus largement, d'un grand sentiment d'incompétence et de frustration.

La ministre anglaise ne badine pas avec l'image corporelle. Cofondatrice de la «Campaign for Body Confidence», elle a fait plusieurs sorties publiques sur le sujet dont une, l'hiver dernier, pour demander à l'industrie de la mode d'embaucher des mannequins de tailles diverses dans leurs publicités. Elle interpelle régulièrement les médias sur leur responsabilité à ce sujet.

La lutte de Jo Swinson, bien que légitime, est également critiquée. Il faut dire que la ministre va très loin dans sa lutte contre les ravages causés par les diktats de la beauté. En entrevue au Daily Telegraph, elle a déclaré que les parents devraient arrêter de valoriser la beauté de leurs enfants. «Cessez de dire à vos enfants qu'ils sont beaux, a-t-elle dit. Tous les enfants sont beaux, mais si on leur répète sans cesse, ils vont développer une insécurité par rapport à leur image. Vaut mieux miser sur leurs capacités intellectuelles et les féliciter pour leur intelligence.»

Cette fois, les médias ont trouvé qu'elle allait trop loin.

#onaime

Quel effet l'image corporelle véhiculée par les médias exerce-t-elle sur les jeunes? C'était le thème de la deuxième présentation du concours L'égalité à l'oeuvre, organisé par le Secrétariat à la condition féminine. C'est le court métrage Tu es parfait-e d'Emanuel St-Pierre, Cindy Turmel et Alexandre Gauthier qui a remporté le premier prix. Le documentaire devait s'adresser à des jeunes âgés de 9 à 13 ans. On peut visionner les oeuvres des trois finalistes sur le site du Secrétariat: www.scf.gouv.qc.ca/index.php?id=546

#onnote

Jobboom, propriété de Québecor, a été vendu à l'entreprise Mediagrif, spécialisée dans le commerce électronique et propriétaire du site LesPAC.com. Jobboom est un site bilingue consacré à l'emploi, mais c'est aussi un éditeur de publications comme Les carrières de l'avenir ainsi que le très bon magazine Jobboom, qui a remporté plusieurs prix d'excellence au fil des ans. Qu'arrivera-t-il aux journalistes permanents et pigistes employés par le magazine? À suivre.




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer