Après avoir déclenché une controverse sur Twitter il y a deux semaines, autour de l’absence de diversité dans les nominations aux Oscars, Stephen King a fait une sorte de mea culpa dans un texte d’opinion publié lundi dans le Washington Post.

Luc Boulanger Luc Boulanger
La Presse

Le célèbre romancier réaffirme que « seule la qualité compte pour juger une œuvre d’art ». Toutefois, il apporte des nuances.

Le jugement « à l’aveugle », uniquement basé sur l’excellence, s’appliquerait dans un « monde parfait », un monde où « le jeu n’était pas arrangé en faveur des hommes blancs »…

Dans son texte, l’auteur de Misery avance que, de nos jours, les discussions sur l’art sont devenues acrimonieuses et aussi clivées que la politique partisane. Comme quoi le progrès peut aussi avoir sa part d’ombre, laisse-t-il entendre. 

> Lisez son texte dans le Washington Post (en anglais)