(Genève) Les héritiers de Pablo Picasso, le célèbre artiste espagnol du XXe siècle, se lancent dans le commerce du XXIe siècle en vendant 1010 morceaux d’art numériques de l’une de ses œuvres en céramique qui n’ont jamais été vues publiquement auparavant — surfant sur une mode pour les actifs « crypto » qui ont pris d’assaut le monde de l’art et de la finance.

Publié le 26 janvier
Jamey Keaten Associated Press

Lors d’une entrevue exclusive avant le lancement officiel cette semaine, la petite-fille de Pablo Picasso, Marina Picasso, et son fils Florian Picasso ont ouvert leur appartement — qui est rempli d’œuvres de leur illustre ancêtre — dans un quartier huppé de Genève. Là, ils ont offert un aperçu, aussi mince soit-il, de la pièce derrière ce qu’ils présentent comme une fusion sans précédent d’œuvres d’art de la vieille école et d’actifs numériques.

Ils cherchent à tirer profit et à surfer sur une vague d’intérêt pour les jetons non fongibles, ou JNF, qui ont rapporté des millions à des artistes beaucoup moins connus et ont été critiqués par certains comme des stratagèmes d’enrichissement coûteux pour l’environnement.

Un Picasso, disent les promoteurs de sa famille, marquerait l’entrée d’un Grand Maître dans le jeu.

Dans le jargon économique, un jeton fongible est un actif qui peut être échangé sur la base d’un contre un. Pensez aux dollars ou aux bitcoins — chacun a exactement la même valeur et peut être échangé librement. Un objet non fongible, en revanche, a sa propre valeur distincte, comme une vieille maison ou une voiture classique.

PHOTO BORIS HEGER, ASSOCIATED PRESS

Les descendants de l’artiste cachent bien leur jeu, pour susciter l’intérêt et protéger — pour l’instant — un héritage familial. Ils ne montrent qu’un fragment du dessous de l’œuvre liée aux JNF, une pièce en céramique de la taille d’un grand saladier. Les parties exposées montrent des formes comme une ligne jaune épaisse, une tache verte qui bave et un numéro « 58 » brossé à la base.

Croisez cette notion avec la technologie de cryptomonnaie connue sous le nom de chaîne de blocs et vous obtenez des JNF. Ce sont en fait des certificats d’authenticité numériques qui peuvent être attachés à l’art numérique ou à peu près à tout ce qui se présente sous forme numérique — fichiers audio, clips vidéo, autocollants animés, même un article de presse lu en ligne.

« Nous essayons de construire un pont entre le monde JNF et le monde des beaux-arts », a déclaré Florian Picasso, l’arrière-petit-fils de l’artiste.

Une pièce en céramique de la taille d’un grand saladier

Les descendants de l’artiste cachent bien leur jeu, pour susciter l’intérêt et protéger — pour l’instant — un héritage familial. Ils ne montrent qu’un fragment du dessous de l’œuvre liée aux JNF, une pièce en céramique de la taille d’un grand saladier. Les parties exposées montrent des formes comme une ligne jaune épaisse, une tache verte qui bave et un numéro « 58 » brossé à la base.

Marina Picasso a déclaré que la pièce de poterie chérie date d’octobre 1958, quand elle était enfant.

« C’est une œuvre qui représente un visage, et c’est très expressif, dit-elle. C’est joyeux, heureux. Elle représente la vie. C’est un de ces objets qui ont fait partie de notre vie, de notre vie intime, ma vie avec mes enfants. »

Sotheby’s organise une vente aux enchères en mars qui comprendra un JNF unique ainsi que le bol en céramique proprement dit. Une première phase de vente en ligne de plus de 1000 autres JNF commence vendredi par l’entremise des plateformes Nifty Gateway et Origin Protocol.

Florian Picasso a déclaré qu’ils se sont entendus sur la pièce en céramique colorée parce que c’était « amusant » pour commencer.

Une communauté plus jeune d’amateurs de Picasso

PHOTO BORIS HEGER, ASSOCIATED PRESS

« Je pense que cela s’inscrit dans l’héritage de Picasso, car nous lui rendons hommage ainsi qu’à sa façon de travailler, qui a toujours été créative », a déclaré Florian Picasso.

Un JNF Picasso comporte un symbolisme presque d’époque, un peu comme lorsque la collection des Beatles a finalement été mise en ligne sur iTunes. La famille affirme que l’objectif est de créer une communauté plus jeune d’amateurs de Picasso.

« Tout évolue », a déclaré Florian Picasso, insistant pour que le JNF honore le grand artiste.

« Je pense que cela s’inscrit dans l’héritage de Picasso, car nous lui rendons hommage ainsi qu’à sa façon de travailler, qui a toujours été créative », a-t-il déclaré.

À quel point ces jours d’antan semblent pittoresques lorsque Picasso, selon la légende, griffonnait simplement sur une serviette en guise de paiement pour un repas au restaurant — son travail étant censé avoir une valeur bien supérieure au coût de la nourriture et des boissons qu’il avait appréciées.

Des recettes à des organismes

Les recettes seront en partie reversées à un organisme de bienfaisance qui vise à aider à surmonter une pénurie d’infirmières ainsi qu’à une organisation non gouvernementale qui veut aider à réduire le carbone dans l’atmosphère. Les JNF viendront également avec de la musique composée par Florian Picasso, DJ et producteur de musique, avec l’auteur-compositeur John Legend et le rappeur Nas.

Même un rendu complet de cette piste n’est pas encore rendu public : Florian Picasso a joué un extrait pour un journaliste, puis y a mis fin.

« Et pour en savoir plus, vous devez acheter le JNF », a-t-il plaisanté.