Humaniti, le nouvel établissement hôtelier du centre-ville de Montréal, a été inauguré mercredi par le groupe immobilier Cogir. Tout comme les œuvres d’art contemporain qui en font un édifice de prestige et une grande galerie d’art.

Éric Clément
Éric Clément La Presse

Voici 11 de ces œuvres, acquises par le PDG de Cogir, Mathieu Duguay, et choisies par Jo-Ann Kane, conservatrice de la collection de la Banque Nationale, qui signe la scénographie de ce projet d’intégration d’art dans les espaces d’Humaniti et de Cogir.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

La sculpture H Anima de Marc Séguin — H pour Humaniti — évoque aussi le Palais des congrès de Montréal (et sa façade vitrée multicolore) et la verdure montréalaise. Mais H Anima ne perdra jamais ses feuilles, en aluminium, qui ont donné du fil à retordre à l’artiste. Car elles ne doivent ni se détacher ni faire trop de bruit en s’entrechoquant… la nuit !

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

La sculpture de Marc Séguin se situe dans un espace en voie d’aménagement paysager qui sépare Humaniti (l’hôtel et l’édifice d’appartements) des bureaux de Cogir, le promoteur du projet immobilier. Dans ces bureaux, on peut admirer nombre d’œuvres d’art sur les murs, notamment cette huile de Kim Dorland, Westside, réalisée en 2017.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Epiphonic Womb, œuvre de 2016 de l’artiste ontarien Derrick Piens, située dans l’espace d’accueil de l’hôtel Humaniti. Bien visible de la rue De Bleury, la sculpture en plâtre polychrome très suggestive a été placée près d’une aire de relaxation où les canapés sont flanqués de livres d’art inspirants. De Toulouse-Lautrec jusqu’au street art

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

En pénétrant dans la partie condos et appartements en location de l’édifice d’Humaniti, on tombe sur cette acrylique et huile sur toile de l’artiste montréalaise Janet Werner. Exposée dans l’ancienne galerie Parisian Laundry en 2017, VO Mars, qui fait partie de la collection Humaniti Montréal, a été installée près d’un « feu » purement décoratif. Rassurez-vous !

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Green In, peinture de l’artiste Elizabeth McIntosh (née en Ontario et vivant à Vancouver), se trouve dans les bureaux de Cogir. « Jeux de pouvoir, jeux de ficelle », suggère Jo-Ann Kane, conservatrice de la collection de la Banque Nationale, qui a joué le rôle de directrice artistique du projet Humaniti, ayant suggéré les œuvres d’art contemporain canadien et américain pour tous les espaces.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Près du lounge de l’hôtel Humaniti, une installation de l’artiste canadienne Kapwani Kiwanga a été accrochée au mur. Créée en 2018, Nations, for Palm Tree Hill, 1845 est constituée d’un drapeau en sequin, de perles et de tissus cousus. Elle fait partie de la collection Cogir Immobilier. Lauréate du prix Sobey en 2018 et du prix Marcel-Duchamp en 2020, Kapwani Kiwanga vit à Paris.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Berry Garden, grande acrylique sur filet d’aluminium réalisée en 2018 par l’artiste visuelle new-yorkaise Summer Wheat. « Elle peint par-derrière en poussant la peinture à travers le maillage métallique », explique Jo-Ann Kane. Une œuvre magnifiquement mise en valeur dans les bureaux montréalais de Cogir.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Dans le salon feutré de l’hôtel Humaniti, Jo-Ann Kane a placé deux œuvres du photographe et vidéaste américain Arthur Jafa. Notamment son célèbre autoportrait Monster (1988), épreuve argentique dont le titre fait référence au racisme récurrent envers les Noirs aux États-Unis.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Des photographies de l’artiste visuelle québécoise Éliane Excoffier ont été placées dans plusieurs chambres de l’hôtel, mais aussi dans les couloirs. Il n’y a pas de cartels sur les murs. Les clients peuvent obtenir des informations sur les œuvres en ouvrant leur téléviseur et en choisissant la chaîne de l’hôtel.