Même en vacances, ma passion pour la photo m’habite. Il serait légitime de délaisser un peu mes appareils durant ces jours de repos, mais lorsqu’on décide d’aller dans un lieu comme le réservoir du Poisson Blanc, dans les Laurentides, on ne peut pas laisser passer une telle occasion de créer de belles images. En voici une sélection, qui n’a pas été facile à faire…

Hugo-Sébastien Aubert Hugo-Sébastien Aubert
La Presse

  • Les activités nautiques et de plein air sont possibles sur la vaste étendue du réservoir du Poisson Blanc, qui fait plus de 85 km2 et est parsemé de centaines d’îles dans lesquelles sont aménagés des emplacements de camping sauvage.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Les activités nautiques et de plein air sont possibles sur la vaste étendue du réservoir du Poisson Blanc, qui fait plus de 85 km2 et est parsemé de centaines d’îles dans lesquelles sont aménagés des emplacements de camping sauvage.

  • Au petit matin, à notre emplacement de camping, Henri le chien attend patiemment le réveil de fiston et de ma copine.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Au petit matin, à notre emplacement de camping, Henri le chien attend patiemment le réveil de fiston et de ma copine.

  • Non loin de l’accueil, deux plateformes flottantes sont à la disposition des visiteurs.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Non loin de l’accueil, deux plateformes flottantes sont à la disposition des visiteurs.

  • On aura pu observer de nombreux oiseaux sur le lac.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    On aura pu observer de nombreux oiseaux sur le lac.

  • Sortie de kayak au crépuscule

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Sortie de kayak au crépuscule

  • Vue aérienne d’un des îlots qui se trouvent par centaines sur le plan d’eau.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Vue aérienne d’un des îlots qui se trouvent par centaines sur le plan d’eau.

  • Matin brumeux de notre emplacement de camping

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Matin brumeux de notre emplacement de camping

  • Vue aérienne d’une des haltes de repos parsemées sur le réservoir

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Vue aérienne d’une des haltes de repos parsemées sur le réservoir

  • Vue aérienne de notre emplacement de camping dans l’île aux Pères

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Vue aérienne de notre emplacement de camping dans l’île aux Pères

  • Est-ce que des lucioles sont visibles sur une photo ? La réponse est oui !

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Est-ce que des lucioles sont visibles sur une photo ? La réponse est oui !

  • Une fin de soirée orageuse et la Voie lactée sur une même image, que demander de plus ?

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Une fin de soirée orageuse et la Voie lactée sur une même image, que demander de plus ?

  • Sortie de kayak au crépuscule

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Sortie de kayak au crépuscule

1/12
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ma démarche

Passer six nuits de camping en autonomie complète dans une île s’accompagne d’un lot de défis techniques. Pour protéger mon matériel photo et électronique, j’ai utilisé deux caissons de protection étanches. Un ensemble de deux panneaux solaires et des batteries USB ont aussi été utilisés pour recharger les piles de mes appareils photo, de ma tablette et de mon drone. Il ne me restait qu’à absorber la beauté de la nature et prendre le temps de créer des images qui, je l’espère, sont à la hauteur de la beauté des lieux.