Depuis 13 ans, Carlos Hébert-Plante aime descendre les pentes gazonnées des parcs de Montréal grâce à des patins à roulettes conçus en Nouvelle-Zélande. Le photographe Bernard Brault a capté le patineur en action et pendant qu’il se promenait avec son bébé de 4 mois, Maverick, sur terrain plat !

Bernard Brault Bernard Brault
La Presse

La démarche

« J’ai rencontré Carlos Hébert-Plante il y a quelques années dans la vague du fleuve Saint-Laurent qui se trouve derrière Habitat 67, raconte le photographe Bernard Brault. L’hiver dernier, je l’ai photographié pendant qu’il surfait sur les eaux glaciales. C’est à cette occasion qu’il m’a parlé de ces fameux patins avec de grosses roues. Nous avons fait la prise de vue au parc des Hirondelles, dans le nord de Montréal, par une journée orageuse. J’ai utilisé un flash Profoto pour donner un look spécial à chaque photo. »

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

On le voit ici dévaler une pente au parc des Hirondelles, dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Ses patins sont munis de roues surdimensionnées, ce qui lui permet de rouler hors des sentiers.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Descendre les pentes à toute allure en patins n’est pas simple. Les risques de chute sont bien réels.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Carlos Hébert-Plante peut atteindre une vitesse grisante grâce à ses patins.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Les patins ne servent pas qu’à descendre à toute vitesse. On peut aussi s’en servir pour se balader calmement… avec ou sans poussette.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Les patins de marque Skorpion ont été conçus pour rouler sur toutes sortes de surfaces, 
beau temps mauvais temps.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Voici la paire de M. Hébert-Plante, après quelques descentes dans le parc des Hirondelles.