Directrice générale par intérim du Musée national des beaux-arts de Québec (MNBAQ) depuis le départ soudain d'Esther Trépanier au printemps dernier, Line Ouellet vient d'hériter de son poste.

Éric Clément LA PRESSE

Son mandat est clair: mettre en oeuvre l'agrandissement du musée de la Vieille capitale, qui doublera de superficie en 2014, et planifier une stratégie de développement pour cette institution qu'elle connaît bien puisqu'elle y est arrivée en 1999. Ex-directrice des expositions du MNBAQ, elle a occupé le même emploi au Musée de la civilisation.

Diplômée en histoire et experte en muséologie, elle a participé à toutes les grandes expositions du musée depuis l'an 2000: Louis-Philippe Hébert en 2001, Suzor-Coté en 2002, Claudel-Rodin en 2005, Clarence Gagnon en 2006, Fernando Botero en 2007, du Greco à Dalí en 2010. Elle a de plus été co-commissaire de l'exposition Le Louvre à Québec en 2008.

Line Ouellet veut poursuivre sa mission d'«offrir des découvertes aux gens», comme le musée l'a fait cet été avec Les ballets russes de Diaghilev, une exposition qui provenait du Victoria and Albert Museum de Londres.

«Le musée nous ouvre des horizons, dit-elle à La Presse. L'art est un grand éveilleur de conscience. Et c'est quelque chose qui est très important dans ma vie depuis que je suis toute jeune.»

Du 7 octobre 2011 au 8 janvier 2012, le musée présentera Dans l'intimité des frères Caillebotte, peintre et photographe, une exposition «au temps des impressionnistes» présentée au printemps dernier à Paris, au Musée Jacquemart-André.

«C'est une très belle collaboration avec ce musée, dit Line Ouellet. Notre lancement de programmation de 2012 aura lieu au début de l'année prochaine pour vous révéler d'autres projets.»