La Société canadienne du cancer (SCC) a annoncé le 26 février dernier que sa campagne annuelle Mémo-mamo, qui a eu lieu durant la période des fêtes, a permis de récolter 112 835$ et de vendre plus de 20 000 porte-clés Mémo-mamo au coût de 5$ chacun au comptoir des ordonnances des succursales Jean Coutu du Québec.

La Presse

Le succès de la vente du Mémo-mamo a été instantané et la quasi-totalité des porte-clés ont trouvé preneur avant Noël alors qu’on avait prévu de les vendre jusqu’au 10 janvier 2020. Grâce au partenariat avec le Groupe Jean Coutu, près de 1,2 million$ ont ainsi été versés à la SCC depuis 11 ans et réinvestis en prévention au Québec.

La campagne Mémo-mamo, dont la porte-parole est l’animatrice Marie-Claude Barrette, sensibilise autant les femmes de 50 à 69 ans à passer une mammographie tous les deux ans qu’elle sert à faire connaître le Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS). Le taux de survie relative à cinq ans au cancer du sein est de 88%. Ce taux grimpe à presque 100 % quand la tumeur est détectée au début de la maladie (stade 1).

Étaient présents à l’annonce Véronique Gallant, gestionnaire des programmes de prévention à la SCC, ainsi qu’Alain Champagne et Nathalie Plante, respectivement président et vice-présidente, Pharmacie et soins de santé, Groupe JeanCoutu.

Le Mémo-mamo rappelle clairement, par sa forme et au toucher, que la mammographie est la méthode la plus fiable pour détecter un cancer du sein. Le Mémo-mamo se distingue par ses deux perles caractéristiques de tailles différentes. La plus grosse perle, qui est rose pâle et de la grosseur d’une pièce de 25 cents, représente la bosse pouvant être détectée lors d’un auto-examen des seins. La petite perle fuchsia représente quant à elle le type de lésion pouvant être décelée à l’aide de la mammographie, laquelle peut être aussi petite qu’une tête d’épingle.